correspondant agoravox

lundi 30 octobre 2017

SORCELLERIE EN HUREPOIX: MESSE NOIRE AU CHATEAU DE VILLEBOUZIN.

                                            Un harmonieux château du XVIIe siècle:
Le château de Villebouzin est un harmonieux château de la fin du XVII e siècle  situé à Longpont sur Orge, près de Montlhéry. Il a été construit pour le comte de Montgomery à l'emplacement, comme souvent, d'un ancien château féodal. Malgré certaines modifications au XIXe siècle, le bâtiment d'origine est pour l'essentiel bien conservé. Il a cependant été restauré en 1912 par l'architecte Paul Friesé. Le parc à l'anglaise créé en 1785 par le marquis d'Eschoisy a été remplacé en 1911 par un jardin à la française. C'est aujourd'hui une clinique psychiatrique: des bâtiments complémentaires ont été construits dans l'ancienne roseraie.

Le château de Villebouzin aujourd'hui.

MESSE NOIRE AU CHATEAU:
En 1673, une messe noire commanditée par la marquise de Montespan s'est déroulée dans la chapelle du château. A cette époque, la favorite du roi Louis XIV craignait de perdre les faveurs de son royal amant. Une messe noire est une sorte de messe inversée, on n'y demande pas l'aide de Dieu, mais au contraire l'aide des "puissances infernales" dans un certain but. Seul un prêtre peut officier.
Madame de Montespan demanda alors à l'abbé Guibourg, ancien aumonier des Montgomery de pratiquer une messe noire pour recouvrer l'amour du souverain. A cette époque, le château avait conservé des éléments du bâtiment primitif du XIVe siècle (tours, douves profondes en eau) , et le

L'abbé Guibourg officiant...

cadre, selon J. Lair, était "bien choisi pour de ténébreuses incantations"...Le prêtre, en présence de quelques témoins, dit donc la messe sur le corps nu de la favorite , couchée sur les dalles froides et humides du château, les bras en croix, un cierge dans chaque main. La cérémonie impliquait un sacrifice sanglant, celui d'un nourrisson, que le prêtre avait acheté un écu à sa  mère! Guibourg prononça alors la "conjuration" dont voici les termes: "Astaroth, Asmodée, prince de l'Amitié, je vous conjure  d'accepter le sacrifice que je vous présente de cet enfant pour les choses que je vous demande, qui sont l'amitié du Roi et de Monseigneur le Dauphin me soit continuée, et, honorée des  princes et princesses de la Cour, que rien ne me soit daigné de tout ce que je demanderai au Roi, tant pour mes parents que serviteurs". Il "piqua" paraît-il ensuite le nourrisson à la gorge avec un canif, il versa le sang qui s'échappait de la plaie dans le calice, après quoi l'enfant fut emporté dans un autre lieu.(1)

Autre vue du château - carte postale ancienne.

Des sacrifices inutiles:

Deux autres messes noires furent prononcées par la suite par l'abbé Guibourg , l'une dans une cabane en ruines retirée en pleine campagne, une autre  dans une maison chic de Paris. Ce fut peine perdue, car en 1679, Louis XIV  prit une nouvelle maîtresse, Melle de Fontanges. La rumeur a couru que par la suite Mme de Montespan aurait songé à recourir au poison, avec l'aide de la Voisin, déjà impliquée dans les messes noires, pour supprimer sa rivale, morte prématurément... mais peut-être de mort naturelle?

(1): Source principale: "Le drame des poisons" Fr.Funk-Brentano.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire