correspondant agoravox

mardi 9 octobre 2012

Château de Villiers-le-Bâcle: un "fou de châteaux" l'a entièrement rénové : Yves LE COQ.

Une occasion privilégiée.

Dissimulé au fond d'un grand parc de 40 hectares, au bord du plateau de Saclay,  le château privé de Villiers-le-Bâcle est le moins accessible aux regards des châteaux de la région. De quoi exciter la curiosité! Que se cachait-il donc au fond de ce parc? On allait se résigner à la seule vue du portail et des jolis pavillons d'entrée , quand on apprit qu'il était ouvert à la visite pour les journées du Patrimoine! Chance!

Après avoir parcouru une longue et jolie allée, presque un tunnel de verdure, on l'aperçoit enfin : belle bâtisse en H de style Louis XIII , avec son parement de pierre et de briques , construite en son temps pour Michel Lucas, seigneur de Saclay, comte de Chateaufort , et secrétaire de Louis XIII... Il a remplacé un château antérieur du XVe , le site avait en effet été le fief de plusieurs seigneurs depuis le Moyen-Age.


                                                                                       Façade arrière du château...
  Yves Lecoq, "fou de châteaux"...


 Nombre de visiteurs non avertis, simplement amoureux de patrimoine, eurent la surprise en ce week-end privilégié de découvrir que le château était depuis 1995 la résidence principale d'Yves Lecoq ,de son vrai nom Yves Lecoquierre-Duboys de La Vigerie , issu de bonne noblesse par sa mère ; surprise accrue encore lorsqu'on apprit que ce "fou de châteaux" (pour reprendre le titre d'un beau livre paru sur le sujet) consacrait son temps libre et ses gains comme imitateur à Canal + à rénover des châteaux. 5 châteaux rénovés au compteur , dont celui de Villiers, acquis alors qu'il était dans un complet état d'abandon. Les autres châteaux ressuscités par l'artiste , ou en passe de l'être : le château de Suzanne dans la Somme en 1980, revendu depuis, le château de Maisonseule , en Ardèche , une forteresse quasi en ruines au départ , le château de Chambes en Charente , région d'origine de sa mère, en 2008 , et celui de Chalais , anciennement propriété des Talleyrand , en décembre 2011.

                                         Visite de la grande salle à manger.

  On apprit ainsi qu'Yves Lecoq , antiquaire de formation, petit-fils d'une grand-mère antiquaire, et féru de patrimoine, a non seulement entièrement rénové Villiers , mais l'a aussi redécoré et remeublé . A cet effet, ce passionné du XVIIe et du XVIIIe siècles passe son temps libre à "chiner" un peu partout pour trouver les objets d'époque qui orneront les pièces de ses  châteaux. Magnifique résultat ici : les pièces sont splendides! Les dépendances ("petite ferme", ancien presbytère, orangerie) méritent aussi d'être découverts , ainsi que le parc et notamment le potager.

Superbe visite! Il faut savoir qu' en dehors des journées du patrimoine, le château est ouvert à la visite 40 jours en été, en principe de la mi-juillet à la mi-aôut .  Qu'on se le dise!

               A VOIR : UN REPORTAGE EN IMAGES DETAILLE: cliquer sur :
      http://jmsattohurepoix.blogspot.com/2012/10/plateau-de-saclay-decouverte-du-chateau.html

                Voir aussi notre article dans Le Républicain du jeudi 20 septembre 2012.



3 commentaires:

  1. La réaction d'un lecteur,Gérard:

    Merci de nous faire partager ces visites. Combien instructives et encourageantes.
    Tout n'est pas négatif... dans ce beau pays, qui est le "le nôtre"!...
    C'est superbe.

    RépondreSupprimer
  2. Le commentaire de Jean:
    Ton reportage (comme les
    précédents) est une merveille. A chaque fois on apprend une foule de choses que l'on ignorait (en tout cas que j'ignorais) sur des lieux qui sont pourtant de notre proche voisinage. Je tiens donc à te remercier vivement de toujours penser à m'envoyer tes productions.


    RépondreSupprimer
  3. L'éternel bravo à notre découvreur-informateur de grand talent. Je sens qu'il y aura bientôt un petit travail sur l'aérotrain et la voie, cyclable ou piétonne, (un peu rectiligne mais pratique, car pas grasse et bien abritée des vents, qui ira de Gometz à Chartres puis....il nous racontera.

    RépondreSupprimer