correspondant agoravox

vendredi 6 décembre 2019

LA VIE EN HUREPOIX D'UNE COMMUNE A L'AUTRE... RETROSPECTIVE AUTOMNE 2019.

                                              

                              * GOMETZ LE CHATEL:
                                 UN HOMMAGE A DEUX CELEBRITES DE LA COMMUNE.
L'association Mémoire castelgometzienne a proposé à la salle Barbara, le 14 septembre, une nouvelle exposition. Elle était consacrée à deux personnages importants liés à la ville: Gabriel Lemonnier, maire de 1859 à 1870, qui a été un des joailliers de Napoléon III et de l'impératrice Eugénie, et son gendre Georges Charpentier, l'éditeur des écrivains naturalistes, ami de Zola. "Nous avons cherché un sujet qui puisse faire participer tous les membres de l'association" a précisé Bernard Lian, son président, soulignant que cette exposition " a nécessité deux ans et demi de recherches". Le résultat est à la hauteur puisque plus de 50 panneaux présentant la vie, la famille ou soulignant et l'influence à l'époque de ces deux personnages occupaient trois pièces différentes. Le jour de l'inauguration, les visiteurs ont pu assister à une conférence de Christophe Peter sur le sujet, et à une représentation de la pièce de Georges Charpentier "La folie persécutrice" par la troupe Le tapis volant de Gif sur Yvette. A noter qu'une bande dessinée originale créée avec les enfants du centre de loisirs a aussi été présentée. Ce programme devait être de nouveau présenté pour la fête du Patrimoine.

L'inauguration de l'exposition: à droite, Bernard Lian pendant son discours.

Gabriel Lemonnier,(1808-1883), joaillier de Napoléon III.

Georges Charpentier, (1846-1905), l"éditeur des naturalistes".


                                             * FONTENAY LES BRIIS:
                                  Une fête du centenaire de la ferme d'apprentissage de Bel-Air.
                     UN HOMMAGE PLEIN D'EMOTION A UN GRAND PHILANTHROPE.
A l'initiative de l' amicale des anciens de la ferme de Bel Air et de la fondation Charles Ferdinand Dreyfus, une fête du centenaire de la ferme  a été organisée dimanche 29 septembre au domaine de Soucy. Charles Ferdinand Dreyfus, grand bourgeois ami de Poincaré " décida de changer de vie en étant utile aux autres, notamment aux plus démunis" a souligné avec émotion Christian Vinsot, président de l'Amicale et ancien élève. En effet, dans ce domaine dont il venait d'hériter, il décida de
créer en 1919 une ferme d'apprentissage agricole pour pupilles de la nation, et par la suite pour enfants de familles démunies. Après sa mort en déportation, ses collaborateurs ont pris le relais jusqu'en 1958. Dans les bâtiments que possède encore la fondation créée en 1932 par ce grand philanthrope, un CFA s'installa à Bel Air entre 1990 et 2004. Aujourd'hui, restaurants et commerces animent le quartier. Une stèle a été dévoilée lors de l'hommage à Charles Ferdinand Dreyfus ,qui s'est déroulé dans la chapelle du domaine. Une exposition sur l'histoire de la ferme, une présentation de motos et de voitures anciennes et de matériel agricole d'autrefois, ainsi que diverses animations dans le parc étaient prévues.

                 Charles-Ferdinand Dreyfus ( à gauche) avec quelques uns de ses pensionnaires.

Dévoilement de la stèle, en présence de Léopold Le Compagnon, maire de Fontenay les Briis (à gauche).


Présentation de voitures anciennes...

… et de motos.


Exposition d'engins agricoles...


                                             * LES MOLIERES:
                                     Marché gourmand et salon artisanal aux Molières :
                                     DES PRODUITS POUR TOUS LES GOUTS...                                              Samedi 2 et dimanche 3 novembre, les traditionnels marché gourmand et salon artisanal des Molières, organisés au bénéfice de la Caisse des Ecoles, étaient de retour dans la salle du Paradou. " Pour ce qui est des produits de bouche, les exposants sont des habitués. Il y a plus de renouvellement pour l'artisanat. Nos choix sont dictés par un souci de diversité et en fonction de nos goûts", explique Carole, de la Caisse des Ecoles. Dans le marché gourmand, sous tentes, des produits venus de toute la France sont proposés: charcuterie du Lyonnais, foie gras de l'Aveyron, escargots de l'Yonne, oignons du Nord de la France, huîtres de Bretagne... Un stand propose aussi  des produits crétois! Le miel, lui, vient de Briis sous Forges, et la bière, de Maintenon. Le choix en vin est varié: Bordeaux, Sancerre, muscadet, vins d'Alsace, Champagne, vin d'une exploitation familiale de l'Hérault, il y en a pour tous les goûts. Côté artisanat, sous abri, beaucoup de bijoux sont proposés, ainsi que de la maroquinerie, des jeux, des produits de beauté bio, des savonnettes et des articles divers, parfois vendus au bénéfice d' une bonne œuvre, comme la Patte de l'Espoir, vouée aux animaux en détresse, ou la Lendemaine qui s'occupe d'adultes autistes.

Du côté des produits de bouche.

Christine, qui a  grandi aux Molières, a repris aujourd'hui l'exploitation vinicole de ses grands parents en Languedoc et revient fidèlement présenter sa production au marché gourmand de la commune chaque année.

Le stand de l'association La Patte de l'Espoir.

                                              * BRIIS SOUS FORGES :
                                      Rendez-vous avec un illustrateur à la médiathèque.
                                 Les secrets du métier d'illustrateur.
Samedi 9 novembre, une trentaine d'enfants accompagnés de parents étaient au rendez-vous proposé par la médiathèque de Briis sous Forges : une rencontre avec Robin, illustrateur de livres pour enfants, mais aussi directeur artistique de l'album Popi (éditions Bayard). " Cette rencontre se fait dans le cadre de l'exposition "Les animaux de Zaü", consacrée à des planches illustrées de cet auteur tirées de son album "L'enfant qui savait lire les animaux""explique  Anne-Marie Chappe, la directrice de la médiathèque."Et comme nous connaissons Robin, qui est briissois, et illustrateur lui aussi ,nous avons eu l'idée d'organiser cette rencontre." Deux ateliers pour enfants, qui ont réalisé des dessins eux aussi présentés dans l'exposition, ont été proposés pendant les vacances scolaires . Robin, ce samedi, a expliqué aux enfants comment s'élaborait un ouvrage: à partir d'un texte proposé, il réalise un projet d'illustrations sous forme d'esquisses. Si un éditeur est intéressé, le livre est réalisé. Crayon en main, Robin a ensuite confié aux jeunes présents ses petits secrets d'illustrateur.

Robin explique aux enfants comment on fabrique un s'élabore un ouvrage.

Autour de l'illustrateur.

                       * Une version de nos articles a paru dans Le Républicain de l'Essonne.

samedi 30 novembre 2019

NOUVEAU: UNE RUE DU HUREPOIX CREEE AUX ULIS !

A l'occasion du réaménagement d'une partie du centre ville des ULIS, une nouvelle rue, en ce mois de novembre 2019, a été ménagée. Et la municipalité a décidé de l'appeler " rue du Hurepoix", corrigeant  un oubli des fondateurs de cette ville nouvelle officiellement créée il y a un peu plus de 40 ans . En effet, la ville des Ulis a été conçue à l'image de la France, chacun de ses quartiers portant le nom d'une province de notre pays. Logiquement, près du centre ville, se trouve le quartier Ile de France. On aurait pu s'attendre à ce que figure, dans un nom de lieu, une référence  au Hurepoix, région naturelle où la ville a été construite. Or il n'en était rien, alors qu'existe par exemple une rue de la Brie!
Nous avions pour notre part regretté à plusieurs reprises cette lacune. Nous sommes donc particulièrement RAVIS  de cette décision de la municipalité!


La nouvelle rue a été créée à l'occasion d'un remaniement d'une partie du centre ville.

Certes, les fondateurs des Ulis avaient pris soin de conserver des références au territoire sur lequel elle a été bâtie. Le nom même de la ville reprend le nom d'un ancien fief du plateau. Plusieurs noms de lieux ou de rues correspondent, parfois avec de légères modifications, à d'anciens noms de lieux dits locaux, ce qu'on peut vérifier en consultant le plan cadastral de Bures par exemple : c'est le cas des Champs Lasniers, des Amonts, de la Dimancherie, de L'Essouriau, du mas Laurent (mare Laurent à l'origine) etc...(1). Mais il n'existait aucune référence directe au Hurepoix.
La nouvelle rue, en sens unique, relie l'avenue des Champs Lasniers à la rue des Millepertuis. Elle longe les nouveaux immeubles encore en construction et donne accès à ces immeubles et à un nouveau garage souterrain.

(1) A ce sujet, voir notre article de novembre 2017:
LES ULIS AVANT LES ULIS, UNE TERRE DU HUREPOIX.
https://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/11/les-ulis-avant-les-ulis-une-terre-du.html 

mercredi 6 novembre 2019

A LA DECOUVERTE DES FRESQUES MURALES DU 13e ARRONDISSEMENT DE PARIS.

MADRE SECULAR par INTI.

Bonjour!

Sous la houlette de Didier Rousselet, habitant du 13e arrondissement passionné par tout ce qui touche au paysage urbain, un groupe de franciliens a eu la chance de découvrir les fresques murales, créées par des artistes internationaux, qui ornent les murs de ce quartier de Paris.
Didier  a expliqué aussi l'évolution de cette partie du 13e, et au retour, le groupe a traversé avec intérêt le QUARTIER CHINOIS.

******************************************
Le rendez-vous était à la sortie de la station de métro Place d'Italie, devant la mairie du XIIIe, alors sous échafaudages .
Didier distribue d'abord un plan du quartier comportant une localisation des principales fresques murales, et commence son exposé.



Devant la mairie du 13e.

Le périple prévu concernera donc l'est du 13e arrondissement. La plupart des fresques les plus spectaculaires se situent boulevard Vincent Auriol, où passe la ligne de métro n°6, et rue Jeanne d'Arc, qui  croise ce boulevard … ou aux alentours. Cette zone compte 37 fresques murales, réalisées entre 2011 et 2019 avec l'accord des résidents par 26 artistes urbains de différentes nationalités. Nous en verrons une vingtaine parmi les plus spectaculaires. Cette réalisation s'est effectuée dans le cadre du projet "Boulevard Paris 13e" voulu par Jérôme Coumet, maire du 13e, et  Mehdi Ben Cheikh, de la galerie Intinerrance, située dans le quartier. L'idée était de créer "le plus grand musée de Street Art à ciel ouvert" (galerie Itinerrance). Il faut avouer que ces fresques valorisent et égaient un peu un quartier qui est aujourd'hui un univers de béton un peu froid  avec ses nombreux immeubles et tours.

Quittant la place d'Italie, le groupe prend la rue Godefroy.

Petit arrêt devant une plaque qui rappelle que Chou En Lai, premier Premier ministre de la République populaire de Chine a habité un immeuble de la rue.


Sur le mur d'une école primaire, une première fresque de Zabou, en deux panneaux de 15m, intitulée "Paper planes"(2015). Une fille et un garçon volent en envoyant des avions de papier. Zabou est une artiste de rue française établie à Londres.

Nous voici parvenus boulevard Vincent Auriol, dans un cadre très automnal.

Au numéro 167, une grande fresque sur immeuble se fait voir au delà des arbres. Elles est l'œuvre des jumeaux Raoul et David Perre, alias  HOW et NOSM, natifs du pays basque et résidents de New York après avoir vécu en Allemagne. Son titre "SUN DAZE" (jeu de mots avec SUNDAYS = les dimanches) évoque un état d'esprit combinant bien être et relaxation, comme celui qu'on peut éprouver le dimanche, jour de loisirs. La composition est complexe, mêlant de multiples éléments visuels dont d'étranges personnages.

Une des  fresques qui ornent les arches du métro aérien. Auteur non identifié.

Et voici la fresque "Liberté, égalité, fraternité"(2016) de l'américain Shepard Fairey, alias OBEY, une star dans son pays. C'est lui qui avait réalisé un portrait célèbre de Barak Obama pendant sa campagne présidentielle. 

Cette fresque de 15 m de haut se veut un hommage à la France pays des Droits de l'homme suite aux attentats terroristes de novembre 2015.

Sur le même immeuble, le Chat bleu (2013) est une œuvre du français Christian Guémy, alias C215.

Au N°155, cette fresque de Dean Stockton , alias DFACE, artiste londonien, fait  25m de haut et 15m de large. Intitulée "Turncoat", elle apporte le style BD dans le quartier. Elle date d'avril 2018.

Intitulée "Fougueuse étreinte", cette autre fresque de D Face date de 2017. Elle se trouve place Pinel. Elle couvre toute la hauteur de l'immeuble.

Place Pinel toujours: Jorge Rodriguez Gerada, artiste cubain, a figuré ici Philippe Pinel, médecin aliéniste (1745-1826) précurseur de la psychiatrie moderne, qui a donné son nom à la place.

A l'entrée de la rue Esquirol, cette fresque du barcelonais Andrea Michaelson , alias BTOY, est un hommage à une figure féminine du début du XXe siècle, Evelyn Nesbit. Cette danseuse de revue américaine personnifiait un idéal féminin à cette époque.

On gagne à présent la rue Jeanne d'Arc:

Rue Jeanne d'Arc, deux magnifiques fresques attendent les visiteurs.

Intitulée "Le bambin", cette fresque de Julien Malland alias SETH, réalisée en 2016, représente un petit garçon en short qui se met sur la pointe des pieds pour voir ce qui se passe derrière le ciel et le soleil. L'enfance est un sujet de prédilection de l'artiste.

L'effet de halo créé par la peinture sur l'immeuble est postérieur au sujet principal. L'artiste l'ajoute en mai 2019.

Cette fresque de 2016, intitulée "La danseuse", est l'œuvre de FAILE, un collectifs d'artistes américains. Le sous titre "Et j'ai retenu mon souffle…" s'entend … pour effectuer le saut dans le vide au dessus de Brooklin  qu'elle exécute.


Ici une double fresque de 2011 intitulée "Photographes", œuvre de Jana et JS, un couple d'artistes qui travaillent ensemble. Elle est autrichienne, lui est français.

Retour à présent boulevard Vincent Auriol:

Ici une autre œuvre de l'américain OBEY intitulée "Rise above Rebel" (2012).

 Elle fait 40m de haut et a été réalisée au pochoir.

Cette fresque sans titre de juillet 2019 située au 120 boulevard Vincent Auriol est l'œuvre du portugais Diogo Machado, alias ADD FUEL. Son jeu sur les nuances de bleu est caractéristique de son style. L'œuvre est une référence aux azulejos (mosaïques) de son pays. Elle a son pendant de l'autre côté de ce boulevard, au 135, avec la fresque ENVOLVENTE réalisée en avril 2019.

Ici, rue Jenner, David de la Mano a peint en 2015 une fresque originale, très onirique, comme beaucoup de ses œuvres.

Qu'est-ce qui les fascine donc tant?

Cette fresque du portugais PANTONIO intitulée FRAGILE AGILE ! Elle représente un ballet d'oiseaux au corps souple et fluide. Légèreté et limpidité du mouvement la caractérisent.

Détail de la fresque.

La fresque "ACCOLADE"(2017) de l'irlandais Conor Harrington occupe toute la hauteur du mur d'un immeuble. Elle fait 30 m de haut sur 10 de large.

Un peu plus loin, une fresque pleine de grâce nous attend.

Intitulée MADRE SECULAR (la mère laïque) (2016) , elle est l'œuvre du chilien INTI CASTRO, alias INTI (son prénom désigne le soleil chez les Incas). Au delà de sa grâce, elle semble véhiculer un message. Cette représentation laïque de la Madone peut se voir comme une allégorie de la connaissance et du scepticisme. Elle tient en effet dans sa main droite une pomme marquée d'un G sous lequel figure une flèche pointée vers le bas, référence à la pomme de Newton et à la gravité. Collier et bracelets représentent des petites têtes de mort. Son ceinturon est fait de balles de mitraillette! A vous d'interpréter!

Retour à présent  rue Jeanne d'Arc en direction du sud.

On découvre rue Jeanne d'Arc une autre fresque d'OBEY en hommage à la COP21 et datant de 2016. Un engagement cette fois en faveur de la défense de l'environnement. On aperçoit à droite le clocher de l'église Notre Dame de la Gare, située place Jeanne d'Arc.


Le groupe gagne à présent le cœur du quartier jeanne d'Arc.

Au passage, une petite fresque sauvage comme on en trouve ici et là sur le mobilier urbain.

Rue Lehire, les visiteurs découvrent la dernière fresque du quartier.



Il s'agit d'une autre fresque  du chilien INTI CASTRO, alias INTI, censée représenter une poupée andine. Elle date de 2011.

Un plan du quartier Jeanne d'Arc est installé sur cet immeuble. Les noms de rues ont tous un rapport avec Jeanne d'Arc et son épopée. Des portraits de ses compagnons de combat figurent autour du plan.

Ici un plan de toute la partie est du 13e est figuré sur un immeuble, avec indication du temps mis pour parcourir les distances.

Au passage, une figuration de l'écrivain Georges Perec.

La Joconde de l'espagnol Okuda se trouve, elle, place de Vénétie, entre les avenues d'Ivry et de Choisy. Elle fait 50m de haut sur 15 de large. Il a voulu figurer une icone de Paris par cette interprétation libre et très colorée du chef d'œuvre de Leonard de Vinci. Elle porte un sac car Paris est une capitale de la mode.

A l'angle de l'avenue de Choisy et de la rue du Dr Magnan, le groupe découvrira une nouvelle fresque de l'artiste C215: il a orné d'un visage d'enfant des favelas  un mur de L'âge d'or , bar restaurant du quartier. La fresque fait 13m de haut  et date de 2019 !

VERS LE QUARTIER CHINOIS:
Depuis le quartier Jeanne d'Arc, on se dirige vers le quartier chinois en passant notamment par la dalle des Olympiades. Nous sommes ici véritablement au cœur de cet univers de béton qu'est devenu l'est du 13e arrondissement.  En effet, à partir de la 2e moitié du XXe siècle, ce quartier autrefois ouvrier se couvre progressivement d'immeubles et de tours, qui remplacent les habitations anciennes dont il ne reste plus grand chose. Dans les années 70, dans le cadre de l'opération Italie 13, 30 tours d'environ 100m de haut sont édifiées, notamment autour de la dalle des Olympiades. Depuis 1990, un nouveau quartier  Rive gauche est en construction, apportant son lot d'immeubles de grandes dimensions...

LE QUARTIER CHINOIS.

Le retour vers la place d'Italie s'effectuera via l'avenue d'Ivry, puis de Choisy. On traversera de ce fait le quartier chinois. A partir de 1981, des réfugiés vietnamiens, puis cambodgiens et laotiens, et pour finir chinois viennent s'installer dans le quartier.

Au cœur du quartier chinois.

Tang frères est une chaîne de magasins prospère.


Un magasin d'alimentation dans le quartier chinois.


Remerciements à Didier Rousselet d'avoir organisé cette intéressante promenade.