correspondant agoravox

samedi 15 septembre 2012

Les grandes heures du Château du Marais...

   Quand Mme de La Briche recevait au Marais l’élite littéraire et politique de son temps.

Un château somptueux mais dispendieux.

Sous le règne de Louis XVI, entre 1772 et 1779, Jean Le Maître de la Martinière, trésorier général de l’artillerie et du génie, s’était fait construire un somptueux mais dispendieux château « qui aurait suffi à un prince du sang » selon le mot d’un contemporain étonné : l’actuel château du Marais, œuvre neo-palladienne de l’architecte JBV Barré, avec son hall central à l’antique et son dôme inspiré du pavillon de l’Horloge au Louvre; un style de château unique en Essonne. Il avait fait raser pour cela le château antérieur, de style Louis XIII, dont il ne reste que les dépendances. D’un premier château médiéval subsistent aussi les douves et le pigeonnier qui abrite encore d’anciens et sinistres cachots.

Le château du Marais à la lumière du soir...

Quand Jean Le Maître meurt en 1783, c’est à sa nièce Adélaïde Prévost qu’échoit le dispendieux château . Elle ne peut le garder que grâce à un mariage de raison avec le riche Alexis Lalive de La Briche, de vingt ans son aîné.

Le Marais, « terre promise » estivale pour une élite cultivée .

Dans sa corbeille de mariage , la nouvelle Mme de la Briche trouva aussi les précieuses relations de son mari : car c’était un homme cultivé, ami des poètes et des philosophes du XVIIIe siècle finissant..
Tous les étés, Adélaïde de La Briche, une personne « facile dans ses entretiens, ingénue dans sa gaîté, contant bien, causant bien, simplement et naturellement aimable »(Marmontel), fut donc rapidement en mesure de « tenir Salon » au château, et d’y accueillir toute une élite littéraire et politique .

Le panneau consacré à Mme de La Briche dans le "jardin littéraire"créé en 2012.

 On compta alors parmi les habitués du Marais des adversaires de la Révolution, comme l’abbé Delille, académicien, professeur au Collège Royal, où Mme de La Briche allait l’entendre ; mais aussi des adeptes de la philosophie des Lumières, tous académiciens également : La Harpe, grand admirateur de Voltaire, connu pour ses cours de littérature, et redouté par ses confrères pour les analyses critiques de leurs œuvres auxquelles il se livrait; Jean-François Marmontel, ami de D’Alembert et collaborateur de l’Encyclopédie , directeur du Mercure de France; le vieux marquis de Saint-Lambert, poête et philosophe, autre ami de Voltaire , amant de Sophie d’Houdetot, la belle soeur d’Adélaïde ; il avait dirigé les lectures de son hôtesse enfant ; il s’endormait rituellement à la fin des parties de cartes ; ou encore l’abbé Morellet, auteur d’épigrammes mordants, surnommé « Mords-les » par Voltaire, dont le comportement « maniaque » amusait les invités du Marais. Autres académiciens habitués du château : Jean-François Ducis, poête et auteur tragique, qui fit connaître Shakespeare en France ; et surtout le fabuliste Florian vertueux adorateur de Mme de La Briche, organisateur des pièces de théâtre, des jeux et des plaisirs du Marais. L’inventeur du dicton « Pour vivre heureux, vivons caché » et de la chanson « Plaisir d’Amour » dédia la fable « La Mère, l’Enfant et les Sarigues » à son hôtesse. Citons encore Louis d’Affry, officier des Gardes Suisses, amoureux transi d’Adélaïde : il la soutint  lors de la mort tôt survenue de son mari.
Pour cette élite cultivée, Le Marais était chaque été, selon le mot de Florian  « une terre promise ».

A l’orée du XIXe siècle.

Le Salon de Mme de La Briche au Marais survivra brillamment à la Révolution. Pauline de Beaumont y amènera régulièrement Chateaubriand, son soupirant de l’époque ; le célèbre critique Sainte Beuve y fut invité par Sophie d’Abouville, la nièce de Mme de La Briche, dont il était amoureux ; le comte Molé, au brillant avenir politique (il sera 1er ministre), fréquente les lieux et épousera Caroline, fille de Mme la Briche ; il héritera du domaine après la mort d'Adélaïde, survenue en 1844 . Autre invité de marque : Prosper de Barante, académicien et ambassadeur, auteur en 1828 d’une mémorable « Histoire des Ducs de Bourgogne » ; après avoir été amoureux successivement de Mme de Staël et de Juliette Récamier, il épousa Césarine d’Houdetot: elle avait passé son enfance auprès de Mme de La Briche à qui elle avait été confiée; il fit alors avec sa famille de longs séjours au Marais.


En 2012, Anna de Bagneux, une des propriétaires du château, aimait  évoquer elle-même le brillant passé des lieux lors de la visite de la salle à manger ( depuis on ne visite plus l'intérieur).

Ces grandes heures du Marais sont surtout évoquées à travers les 12 panneaux joliment sculptés du « jardin littéraire », installés en 2012 autour d’un carré de verdure bordé de tilleuls derrière l’orangerie. Une réalisation d’Anna de Bagneux, l’actuelle propriétaire, qui aime aussi à évoquer elle-même ce brillant passé du Marais à l’adresse des visiteurs de la salle à manger récemment ouverte au public.

JMS

Source documentaire : principalement le « jardin littéraire » d’Anna de Bagneux, réalisé grâce à une recherche menée dans des Mémoires du temps.

Une version un peu allégée de ce texte  est parue dans Le Républicain de l'Essonne du jeudi 16 août 2012.


* A LIRE AUSSI :

- les TALLEYRAND et le château du Marais.

Comment une famille de haute noblesse lia son sort au château du Marais.

http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2012/08/les-talleyrand-et-le-chateau-du-marais.html

-l'exposition COURLANDE au château du Marais.
Qui connaît la Courlande aujourd'hui?
Ce fut pourtant un état important ,qui couvre l'ouest de la Lettonie actuelle.
Les somptueux châteaux des ducs de Courlande se visitent , si vous passez par là...

Lien : http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2012/10/lexposition-courlande-au-chateau-du.html



* Les Journées du Patrimoine au Marais (15 et 16 septembre 2012):

- Artisanat d'art: les artisans de la région ont présenté leur savoir-faire .


- Défilé de mode d'époque par la compagnie "Les Amis du Second Empire"

cliquer sur:  http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2012/09/les-journees-du-patrimoine-au-chateau.html  


                       Découvrez le nouveau site du château : www.lechateaudumarais.com



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire