correspondant agoravox

lundi 11 octobre 2021

A LA DECOUVERTE DU CHATEAU FORT DE PLAINE DE FARCHEVILLE, A BOUVILLE (ESSONNE).



                    Un  CHATEAU  FORT DE PLAINE EN ILE DE FRANCE:

Le château de Farcheville est un château fort de plaine, exceptionnel en région parisienne. Il se situe sur la commune de Bouville, petit village de l'Essonne. Nous sommes ici déjà dans le Gâtinais. Il a été construit à la fin du XIIIe siècle  pour  Hugues II de Bouville (1240-1304), baron de Milly et chambellan du roi Philippe le Bel.  Bien qu'ayant les caractéristiques d'un château féodal, il n'a guère été construit dans un rôle défensif ( le contexte de l'époque ne le justifiait pas), mais pour marquer l'importance et le pouvoir de son propriétaire. Sa conception , notamment sa superbe enceinte coiffée de créneaux et appuyée sur des contreforts que prolongent de grands arcs brisés, eux mêmes surmontés de mâchicoulis fait penser aux forteresses du sud de la France ( on retrouve ce modèle par exemple au palais des Papes à Avignon). Il semble qu'Hugues de Bouville ait voyagé dans le sud dans le cadre de ses fonctions et qu'il a pu être influencé par l'architecture locale. On peut dire que Farcheville est "un château méridional en Ile de France". Mais en fait, le château était plus une demeure seigneuriale associée à une ferme exploitant un vaste domaine qu'une forteresse. 

                           A L'APPROCHE DU CHATEAU:

Une superbe allée d'honneur s'allonge en face de l'entrée du château.

La grille d'entrée.

Aux angles du parc, s'élévent des pavillons: voici celui-ci qui se trouve à l'angle nord ouest.

Petit aperçu du château depuis la route de Farcheville : prometteur!

A LA DECOUVERTE DU CHATEAU:

Pour l'atteindre, on emprunte une allée qui traverse le parc.Celui-ci fait 215 hectares.

Sur la droite, nous apercevons l'"orangerie", édifice récemment construit pour accueillir événements familiaux (mariages...) ou séminaires. 

Nous y voilà !
Un pont nous permet de franchir les douves et d'accéder au porche d'entrée, ménagé à la base d'une tour- porche. A l'origine  se trouvait là un pont levis , il a été remplacé par ce pont au XVIIIe siècle. La machinerie destinée à actionner le pont levis était installée dans la tour qui surmonte le porche. Les actuelles douves datent du XVIIe siècle. Auparavant de simples fossés secs entouraient le château. La tour- pavillon s'élevant à gauche du porche est un rajout du XVIIe siècle. La tourelle de droite (d'origine) abrite un escalier à vis.

Dessin d'Herveline Delumeau.

A l'origine , la façade ressemblait plutôt à cela. Le porche  était flanqué de deux tourelles (il ne reste que celle de droite, l'autre a été détruite lors de la construction de la tour-pavillon). De plus, la muraille était plus élevée. A la Révolution, une partie des créneaux ont été détruits, ainsi que la moitié des arcs de l'enceinte. On a détruit le haut des murs pour combler les fossés ! C'est lors d'une restauration datant de 1899 que le mur d'enceinte a été réparé, et 32 créneaux rajoutés, mais sans que la hauteur initiale soit retrouvée. Un chemin de ronde a été créé au dessus des arcades sur tout le pourtour, c'est une originalité de ce château.

Le remarquable mur d'enceinte soutenu par des contreforts est creusé d'arcs brisés , au dessus desquels donnent les ouvertures des mâchicoulis. Il s'élève, créneaux compris, à plus de 13m  de haut. Une architecture que l'on trouve plutôt, donc,  au sud de la France. A chaque angle du château se trouve une tour; ces diverses tours sont toutes différentes, plus ou moins dégagées de la muraille. Ces tours ont souffert aussi à la Révolution.

PENETRONS DANS LE CHATEAU:

Vue aérienne du château ( photo internet).

Pour comprendre la structure du château:

Dessin d'Herveline Delumeau.

Le château a la forme d'un quadrilatère très irrégulier ( mur sud plus court que le mur nord par exemple). Il comprend à l'origine deux parties : la partie ouest, autour d'une vaste cour d'honneur, etait réservée aux maîtres. Elle était séparée par une ligne de bâtiments (dont il ne reste que la grange) de la partie est , plus petite, occupée par des communs et par des bâtiments de ferme ( détruits en 1901  et reconstruits au delà des douves). Le logis du maître (où se trouvait la salle seigneuriale) se situait à gauche du porche, derrière l'actuel pavillon carré du XVIIe. Divers bâtiments, autour de la cour, sont adossés à l'enceinte, sans dépasser sa hauteur. Un autre pont a été construit à l'arrière au dessus des douves (il ne figure pas sur ce plan) pour rejoindre les écuries transformées aujourd'hui en salle de spa.

La cour d'honneur.
A droite du porche, on aperçoit le logis seigneurial, où se trouve la grande salle médiévale. Plus à droite, s'allonge l'aile nord, adossée à la muraille. Aujourd'hui l'aile nord , jadis  constituée d'une orangerie et d'une écurie, est occupée par des appartements. 

. A gauche du porche, se trouve un bâtiment devenu lieu d'habitation au XIXe siècle, prolongé par d'anciennes granges. (Photo: Dominique Michel).

A l'extrémité de l'aile nord, sur la droite, la boulangerie (ou fournil) est d'origine.

Le fournil (vue intérieure).

Au sud de la grande cour, la chapelle. Elle a été construite en 1321.

L'autel. (Photo: Dominique Michel).

Décor d'anges musiciens reconstitué sur le plafond de la chapelle.

Passons maintenant dans la partie Est du château (qui était réservée aux communs et à la ferme):

La cour dite des balances.
A gauche, la grange (devenue logis) qui sépare les deux parties du château. Au fond, la maison du Chapelain , d'origine, où l'on peut encore voir des caves voûtées médiévales.

En face de la cour des balances, un jardin médiéval.

Nous voici arrivés à l'arrière du château: une porte donne accès à un pont tardif qui permet de gagner la salle  des calèches construite en 1858 à la place d'anciennes écuries. 

Dans ce bâtiment sont installés aujourd'hui un spa et un jardin d'hiver.

Aperçu du SPA.

Le jardin d'hiver (photo: Dominique Michel).

Entre les deux, une sorte de salon, belle pièce lumineuse.
(Photo:Danielle Pascal-Casas.)

APERCU DE L'INTERIEUR DES PIECES ET DU MOBILIER :

Dans les annés 80, le propriétaire, Jean Chalopin, riche producteur de séries, fait transformer totalement la décoration intérieure du château, en recréant une ambiance médiévale, parfois en reconstituant des éléments de décors à partir de vestiges subsistants du décor d'origine. De plus, il meuble les pièces  de nombreux objets d'époque. Ce furent 10 ans de travaux, qui aboutirent à la création d'un "château de rêve" du propriétaire, en concertation cependant avec les Monuments historiques. Le visiteur , qui peut-être s'attendait à ne visiter que de simples ruines, est totalement bluffé par la découverte des espaces intérieurs. Toutes ces pièces  constituent aujourd'hui 22 suites et chambres à disposition des participants aux événements (mariages etc) ou séminaires que le château accueille.

La magnifique salle seigneuriale.

Le relief sculpté de la cheminée du fond, construite par Jean Chalopin, provient d'une abbaye de Dordogne. Il donne une authenricité médiévale à la pièce.

Un des nombreux espaces de type "salon" du château. On remarque la tenture médiévale et les nombreuses pièces de mobilier à l'ancienne.

Lit à baldaquin dans une des nombreuses chambres.
 (Photo:Dominique Michel).

Une jolie coiffeuse.
 (Photo:Dominique Michel).

Chouette la salle de bains !
 (Photo:Dominique Michel).

Charmant détail (photo: Danielle Pascal-Casas).

Les beaux objets, notamment les  lampadaires, sont présents à profusion.
 (Photo:Dominique Michel).

Un autre. (Photo:Dominique Michel).

UN PETIT TOUR A L'EXTERIEUR DU CHATEAU:
la visite se termine par un petit tour  dans le jardin situé à droite du château, avec retour par le parc en longeant la muraille sud.

Il nous faut ressortir du château par le beau pont du XVIIIe siècle pour gagner le jardin sur la gauche.

Le jardin s'étend sur 10 hectares et est l'héritier d'un jardin floral créé au XVIIIe siècle.

Jolis massifs de fleurs le long de l'allée nord.

Mais aussi quelques végétaux rares....

Retour par le parc où nous croisons un petit étang où une jeune fille semble s'approvisionner en eau pour l'éternité. (Photo: Jacqueline Mazeau).

Nous longeons la belle muraille sud à arcs brisés du château.

Ici apparaît le clocher de la chapelle.

On revient vers le château par une belle allée d'arbres aux couleurs déjà automnales en ce début du mois d'octobre.

Le château est en vue. Tiens, un sympathique personnage! 

A l'approche des douves.

Les douves et au fond une terrasse encadrée de statues située à la sortie du pont.

Retour vers le château.

Derniers instants devant le château.

LE CHATEAU A TRAVERS LE TEMPS:

*Des périodes difficiles:
.Il fut pillé et saccagé à 3 reprises pendant les guerres de religion entre 1567 et 1576. Une remise en état intervint en 1604.
. La moitié des arcs de l'enceinte et une partie des créneaux furent détruits à la Révolution. Les fossés furent comblés.

* Des restaurations successives:
. En 1604, après les guerres de religion.
. Dans la 2e moitié du XIXe siècle, notamment en 1899: restauration du mur d'enceinte, rhabillage de la façade.
. Dans les années 80, restaurations de Jean Chalopin, surtout des espaces intérieurs.

* Principaux propriétaires:
. Hugues II de Bouville, créateur du château.
.1407: La maison des Coligny, protestants, en hérite, pour 2 siècles.
.XVIIe-XVIIIe: les propriétaires appartiennent à la noblesse de robe, les Jappin puis les Maynon.
. Années 80: Jean Chalopin, le grand restaurateur des espaces intérieurs..
.puis un club de milliardaires américains qui y organise des événements privés.
. puis rachat par le Dr Bouniol, PDG de Primalliance, qui en fait un lieu de villégiatures pour malades.
.Aujourd'hui, il appartient à Sophie Bouniol ,fille du Dr Bouniol, et à son époux suédois Conny Karlsson , qui y accueillent événements et séminaires, et permettent aussi des visites de groupes.

UN COUP D'OEIL SUR LES ENVIRONS :

A u loin, côté nord, le village de Bouville.
Photo prise depuis l'allée d'honneur extérieure du château.

Le joli clocher du village attire l'oeil.

La campagne du Gâtinais côté sud.
On aperçoit à gauche le pavillon d'angle de la propriété côté sud.

Un beau champ de maïs brillant sous le soleil dans les environs.

Sources: la visite, wikipedia, article d'Herveline Delhumeau : "Farcheville, un château méridional en Ile de France".

NB:
Le château de Farcheville depuis peu se visite en semaine du lundi au vendredi, sur rendez-vous, pour peu que vous ayez constitué un groupe de visite. Plus d'infos sur le site du château.

Dans notre série A LA DECOUVERTE... voir aussi :

            * A LA DECOUVERTE DE LA MALMAISON, "LE CHATEAU DE JOSEPHINE DE BEAUHARNAIS".
Cliquer sur:

* A LA DECOUVERTE DU CHATEAU DE BY, DEMEURE DE LA PEINTRE ROSA BONHEUR.
Cliquer sur:

* A LA DECOUVERTE DE L'EXPOSITION LALANNE DANS LE PARC DU PETIT TRIANON:

*A LA DECOUVERTE DU TEMPLE DE LA GLOIRE A ORSAY: