correspondant agoravox

vendredi 10 novembre 2017

NOUVELLES BREVES DU HUREPOIX - octobre novembre 2017.

Dans cette rubrique, nous sélectionnons pour vous des informations intéressantes, surprenantes, ou insolites  du Hurepoix et parfois d'ailleurs.


 LE DONJON DU CHATEAU DE BRIIS MIS EN VENTE !

Surprise l'autre jour lors d'un passage à Briis sous Forges: sur la façade de la tour Anne Boleyn , ancien donjon du château médiéval de Briis sous Forges, j'aperçois un écriteau; sur celui-ci est indiquée la mention: A VENDRE.

La tour Anne Boleyn à Briis sous Forges.

Autrefois existait à Briis une forteresse féodale , construite sous Philippe-Auguste (fin 12e-13e siècle). Comme il tombait en ruines, le château a été démoli en 1792. Seul le donjon a été préservé; il fut restauré et transformé. Au XIXe siècle, de grandes baies remplacèrent les meurtrières. Jusqu'à ces derniers temps, c'était devenu une demeure privée. Son propriétaire le met donc en vente.
On l'appelle "tour Anne Boleyn" parce que la future (et malheureuse) 2e épouse du roi d'Angleterre Henry VIII y aurait été accueillie par une famille amie de son père, les Dumoulin, dans son adolescence. A cette époque le père d'Anne aurait séjourné en France pour une mission diplomatique.
Un donjon à vendre: qu'on se le dise!

Un écriteau sur le donjon...Avis aux amateurs!

LES ARTS PREMIERS S'INVITENT DANS LA VALLEE DE CHEVREUSE:
Au château du Val Fleury, à Gif-sur Yvette, une fascinante exposition attend les visiteurs jusqu'au 20 décembre. Pascal Lacombe , globe trotter et collectionneur, y présente une partie des 3000 objets d'art rituels qu'il a rapportés de ses voyages depuis 1970. Sont représentés les Abelams de Papouasie, les Piraoas d'Amérique du sud, les Masaïs d'Afrique, les Yakas du Congo...Toutes sortes de masques rituels et des bijoux  notamment étonneront les visiteurs.

L'exposition est ouverte au public tous les après-midis sauf le lundi. Diverses conférences et des animations pour les petits sont prévus le week-end. Se renseigner auprès du service culturel de Gif: Tél. : 01 70 56 52 60

GUILLERVAL (Essonne): le village aux 50 épouvantails...
A Guillerval, village du sud Essonne de 600 habitants, à l'occasion d'Halloween et pour la 2e fois, un concours d'épouvantails a été organisé à l'initiative d'une association. D'étranges personnages d'allure parfois assez effrayante, confectionnés par les habitants, ont surgi un peu partout dans le village. On en comptait à la fin du mois d'octobre une cinquantaine. Il paraît qu'ils ne font même pas peur aux oiseaux, qui se perchent volontiers dessus.

*BOULLAY LES TROUX: UNE OEUVRE D'ART PEINTE SUR UN TRANSFORMATEUR ELECTRIQUE.
Qu'y-a-t-il de plus laid qu'un transformateur électrique? Une artiste de talent, Claude Laurent, a accepté de l'embellir d'une belle fresque murale à sa façon. On y voir notamment des personnages stylisés qui parlent entre eux, peints uniquement dans des couleurs primaires. L'auteure l'a baptisée "Convergence"; elle symbolise le regroupement des humains, quelle que soit leur origine, dans un même lieu. L'artiste espère que d'autres humains, de passage, s'arrêteront par curiosité, et discuteront aussi devant l'œuvre...Une fois de plus, l'art est descendu dans la rue de belle façon!

La fresque principale.

Sur le mur latéral gauche, une figure pleine de fantaisie.

Sur le mur latéral droit, à l'entrée du chemin qui mène à la ferme du Fay.

Pour en savoir plus sur l'artiste Claude Laurent, voir son site:


* POUR MIEUX MANGER, LOUEZ UNE PARCELLE DU POTAGER DU CHATEAU DE COURANCES!

Eh oui, vous pouvez le faire! Etonnant, non? C'est une start-up, Tomato and co, qui a eu l'idée  il y a 3 ans, de proposer cela au public. Pour une quarantaine d' euros par semaine, vous aurez votre part du potager du château, où que vous viviez. C'est vous qui décidez de ce qui y sera cultivé, la start up s'occupe du reste: cultiver votre parcelle, l'entretenir, et vous livrer à domicile, une fois par semaine, le fruit de la  récolte ! Petite précision qui a son importance: il s'agit d'une production entièrement bio! Déjà près de 70 particuliers, dix chefs cuisiniers, dix entreprises d'île de France ont souscrit à cette offre séduisante! Tomato and co propose aussi des cours de jardinage aux familles, et,suprême raffinement a installé des webcams dans le potager pour que les gens puissent voir leurs légumes pousser!

Le château de Courances, près de Milly la Forêt (photo: JMS)

Légumes du potager (image internet).








mardi 7 novembre 2017

LE HUREPOIX EXISTE, LES FRERES SEIGNOLLE L'ONT RENCONTRE...

Dans son ouvrage "Régions naturelles et noms de pays", consacré à l'Ile de France, et paru en 1908, Lucien Gallois n'était pas loin de penser que le Hurepoix était une pure invention des géographes des XVIIe et  XVIIIe siècles. En 1937, Claude et Jacques Seignolle, forts d'une enquête approfondie sur le terrain, s'inscrivent en faux contre le point de vue  de Gallois dans leur ouvrage "Le folklore du Hurepoix".

L'authenticité du Hurepoix comme "pays de l'Ile de France" mise en doute:
S'attachant à l'étude des "pays" de l'Ile de France , Lucien Gallois consacre son premier chapitre au Hurepoix. Cette contrée, du moins telle qu'elle est définie par les cartographes du XVIIe et du XVIII e siècles, ne lui semble pas remplir les critères qui pourraient permettre d'affirmer que le Hurepoix est un "pays" de l'Ile de France; pour lui un "pays" doit être une région naturelle, et être "populaire", c'est à dire connu de ses habitants. Concernant le premier point, s'il admet que pour les géographes, la contrée a une certaine spécificité  sur le plan de sa structure générale (un plateau prolongeant la Beauce, creusé par des vallées de rivières convergeant vers la Seine) et sur le plan géologique, il trouve que la diversité des paysages qu'on y trouve empêche de parler de "région naturelle" : "Entre
le plateau agricole qui s'étend immédiatement aux portes de Paris (...) et les hauteurs boisées qui dominent Sceaux, Sèvres et Versailles, qu'y a -t- il de commun?" allègue-t-il par exemple.

Les "pays" de l'Ile de France - En bas à droite le Gâtinais (avec Fontainebleau).Les cartes les plus reconnues aujourd'hui incluent aussi Dampierre et la haute vallée de Chevreuse dans le Hurepoix.

Sur le second point, il est tout aussi sceptique: "Je n'ai trouvé le nom de Hurepoix connu des habitants, et encore pas de tous, qu'à Dourdan et au voisinage" écrit-il. Et encore attribue-t-il cette notoriété au fait que nombre d' écrits historiques ont décrété, à tort selon lui, que Dourdan était la capitale du Hurepoix, et que cela a été  répandu localement. Notons au passage que selon lui, le Hurepoix n'ayant jamais été une division administrative ne peut avoir de capitale... Sur ce dernier point, on ne peut que lui donner raison. Le mot Hurepoix apparaît  ce pendant accolé dans la région au nom de deux villes , Marolles et Limours : "Personne n'y peut dire ce qu'est au juste le Hurepoix, sinon qu'il doit exister quelque part" observe-t-il.

La localisation erratique du Hurepoix avant le XVIIIe siècle:
Passant en revue différents textes  et cartes d'avant le XVIIIe siècle mentionnant le Hurepoix, Lucien Gallois met en évidence les contradictions et variations qu'ils recèlent quant à la localisation de la contrée qui nous occupe.. Telles cartes du XVIe et XVIIe siècles situent le Hurepoix au sud du Gâtinais, du côté de Nemours et Montargis, telle autre, du XVIIe, sur la rive droite de la Loire entre Gien et Cosne... Tel texte du XVIe également  parle d'un terroir situé entre Meaux et Jouarre. Un autre parle de deux Hurepoix séparés par le Gâtinais, le sud ouest de Paris, qui selon certains engloberait la vallée du Loing, et la zone allant de Montargis à Courtenay. Au XVIIe les avis divergent encore, certains  mettent dans le Hurepoix Montfort l'Amaury et jusqu'à Epernon.
Pour Lucien Gallois, c'est dans le souci de mettre un peu d'ordre dans tout ça que les cartographes du XVIIe ont fini par définitivement localiser le Hurepoix (arbitrairement?) au sud ouest de Paris.
  Sur cette carte ancienne (cliquer dessus pour l'agrandir), l'Ile de France est ce qui est au nord est de la Seine, et le Hurepoix ce qui est au sud ouest.

Une survivance d'un territoire plus étendu au Moyen-Age:
Lucien Gallois cite enfin une théorie selon laquelle le Hurepoix désignait à l'origine un territoire plus étendu, l'ancienne Neustrie, pays compris entre la Seine et la Loire. "Il s'opposait à la France, située au nord de la Loire" indique-t-il.
Dans la chanson des Saxons, une chanson de geste du XIII e siècle, il est question des puissants "barons du Hurepoix"ou "barons herupois" qui résistent aux prétentions de Charlemagne. Et il y est dit que" la Hérupe s'étendait du Mont Saint Michel à Château Landon"!


  Dans le Larousse universel de 1960, il est rappelé que le Hurepoix désignait autrefois un territoire compris entre la Seine et la Loire...

Finalement, la thèse de Gallois serait que le Hurepoix tel qu'il s'est maintenu d'abord entre Seine et Loire, n'est en fait qu'"une survivance du plus grand Hurepoix des chansons de geste". Et le nom Hurepoix n'y aurait survécu que parce qu'il n'était pas en concurrence avec un nom de pays plus populaire comme Beauce ou Perche. Il s'est maintenu assez longtemps à l'est du Loing, et ce sont les cartographes du XVIIe et XVIIIe qui auraient décidé de réserver ce nom uniquement à la région située au sud ouest de Paris.

Le Hurepoix, simple invention des cartographes? Les frères Seignolle réfutent cette thèse.
Claude et Jacques Seignolles, préparant un ouvrage sur le folklore du Hurepoix, ont parcouru en 1935 et 1936 la région à vélo, et on demandé aux habitants "Etes-vous du Hurepoix? Sommes-nous ici dans le Hurepoix? Savez-vous où commence et où finit le Hurepoix?".
Pour eux, "c'est la disposition hydrographique qui caractérise le Hurepoix". Et qu'ont-ils constaté au terme de leur enquête sur le terrain? Que "l'aspect esthétique du paysage correspond  à l'impression populaire".
Lucien Gallois avait-il fait une enquête suffisante sur le terrain, lui qui prétendait que le nom Hurepoix était très peu connu de la population ?



La carte de 1754  qui présente les limites définitives du Hurepoix de la Seine au nord d'Etampes.
                                                       Cliquer dessus pour l'agrandir.

Qu'ont ils constaté, eux, au contraire, en interrogeant sur place des habitants dont l'arbre généalogique avait des racines profondes dans la région? Que le nom de leur région, Hurepoix , était très bien connu d'eux. Et ceux-ci n'ont pas pu être influencés par les cartographes anciens. "Ces populations ignorent les cartographes anciens et n'apprennent pas  le nom de leur pays dans les manuels scolaires".
Certes, le Hurepoix d'aujourd'hui est sans doute une survivance d'une région plus étendue au sud de la Seine.
Mais il n'empêche que le sentiment d'appartenance au Hurepoix était suffisamment fort en 1935- 36 pour qu'on puisse reconnaître une certaine authenticité à ce "pays" de l'Ile de France.

JMS

                                               LE HUREPOIX VU PAR PEGUY:

Nous arrivons vers vous du noble Hurepoix
C’est un commencement de Beauce à notre usage,
Des fermes et des champs taillés à votre image,
Mais coupés plus souvent par des rideaux de bois

Et coupés plus souvent par de creuses vallées
Pour l’Yvette et la Bièvre et leurs accroissements,
Et leurs savants détours et leurs dégagements.
Et par les beaux châteaux et leurs longues allées.         (C. Péguy)

les beaux châteaux et leurs longues allées.  C. Peguy
Parc du château de Jeurre.
                                             

lundi 6 novembre 2017

Quelle est l' origine du nom HUREPOIX?

Le Hurepoix , sur ce plan encore, est source de débats.

Sur le site officiel de Limours en Hurepoix, aussi bien que sur wikipedia, on trouve l'affirmation suivante: ce nom trouverait son origine dans la racine orob- présente dans l'expression " pagus orobiensis" signifiant "pays de l'Orge" , rivière traversant le Hurepoix.

Dans un blog du Monde , on trouve une analyse linguistique rigoureuse qui infirme cette hypothèse:
"Se pourrait-il que orobiensis ait pu évoluer en huripensis ? Non. Comme on vient de le voir, l’évolution phonétique d’ orob- a conduit, par amuïssement  du second -o-, à orb- et, dans notre cas, à org-, mais en aucun cas à un hurip-  qui supposerait une évolution du deuxième -o- non accentué en un -i- accentué. L’hypothèse limourienne est donc infirmée", écrit le rédacteur.


Il croit plutôt à une autre hypothèse: ce nom viendrait de l'ancien français Hurepé "qui a les cheveux, les poils hérissés". Ce mot serait formé de "hura" "tête hérissée et "pilus", poil.
"Le Hurepoix est donc le pays des hurepés , « ceux qui ont le cheveu hérissé » ( taillé en brosse ?)", écrit-il.
De plus, il cite le dictionnaire de Ménage, qui fait un rapprochement avec la hure du sanglier
"On ne sera donc pas étonné si la hure du sanglier se retrouve sur nombre d’armoiries de ce pays comme à Marolles-en-Hurepoix" conclut-il.

Blason de Marolles-en-Hurepoix
                                                    Le blason de Marolles en Hurepoix.

Cette origine du mot Hurepoix figure aussi par exemple dans un ouvrage de 1789 que Stéphane Gautier, un internaute de Dourdan, me transmet sur ma page Facebook "J'aime le Hurepoix":

Extrait de: Matinées Senonoises ou proverbes françois.

JMS

PS: vérification faite, seul le blason de Marolles porte la hure du sanglier... Alors, M. le rédacteur?

                                      D'AUTRES HYPOTHESES ?

Stéphane GAUTIER, de Dourdan, a déniché un document qui en donne une autre, voire deux!

Il est extrait de:

Origines de Paris et de toutes
les communes, hameaux,
châteaux (1864)




On ne sait plus à quel saint se vouer!

A ce sujet, je retranscris le commentaire d'un internaute dans le groupe J'AIME LE HUREPOIX:

"Celle-ci me semble parfaitement fantaisiste. En effet, les nombreux puy, puech etc. désignent non pas des châteaux ou forteresses, mais des hauteurs ou tertres, puisque ces mots dérivent du latin podium qui, avant de désigner la plate-forme installée pour accueillir les vainqueurs d'une compétition sportive, signifiait tertre ou hauteur."  Merci à Ludo Cassinari.

* Dans son très beau site intitulé "Chroniques du Hurepoix", découvert à l'occasion de notre recherche sur le sujet, Thierry FOUCAULT émet encore d'autres hypothèses.

Pour lui, par exemple, l'étymologie "Hurepé: qui a les poils hérissés " peut s'entendre plutôt comme indiquant un caractère sauvage, rebelle (par référence aux barons du Hurepoix révoltés contre Charlemagne autrefois); ou alors (référence à un ouvrage de Trévoux datant de 1771) , cela suggérerait que le Hurepoix était un pays froid (le froid hérisse les poils); ou encore cela renverrait au Hurepoix "pays hérissé de collines"...

Le rédacteur avance encore d'autres hypothèses;
Nous vous renvoyons à son intéressant site, et plus précisément à l'article consacré à l'origine du nom:
Voir: https://www.hurepoix.fr/petites-et-grandes-histoires/nom-du-hurepoix/





mercredi 1 novembre 2017

A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU AU MUSEE DU HUREPOIX A PALAISEAU.

         
Trésors cachés.
C'est dans un hôtel particulier datant du XVIIe siècle, l'hôtel Brière, que la Société Historique de Palaiseau crée en 1991 le musée du Hurepoix. Depuis longtemps, je voulais le visiter. C'est que ce temple du souvenir n'est pas souvent ouvert: le mardi et le jeudi, et seulement de 14h à 16h. Ah oui, j'oubliais: un dimanche par mois aussi. Un jeudi d'octobre, enfin, je pense à y aller, et  je me décide . Arrivé devant le bâtiment, surprise, tout est clos. Pourtant un panneau OUVERT, apposé là, contredit mon impression. Une inscription discrète, finalement repérée, m'invite à presser sur une sonnette. Rien ne  se passe. Je sonne à nouveau. Un bruit de clé qu'on tourne dans la serrure, la porte s'ouvre, une dame âgée apparaît: "Hé, monsieur, laissez nous le temps d'arriver" proteste-t-elle... La

L'hôtel Brière, 5 place de la Victoire, où est installé le musée palaisien du Hurepoix. Photo: JMS

visite est guidée: est-ce qu'on craint pour les précieux objets exposés dans les lieux? J'allais vite m'apercevoir à quel point la présence d'un guide est précieux, pour attirer l'attention du visiteur sur  les  curiosités les plus intéressantes ou surprenantes  du musée. On me confie alors à une autre dame , et la visite commence. Une frustration pour moi: les photos sont interdites. Veut-on donc garder au secret, décidément, les trésors de ce musée? "Si on laisse les gens prendre des photos, plus personne ne viendra le visiter " allègue ma guide. Autre surprise: la semi obscurité qui enveloppe , dans chaque pièce, le contenu exposé. Au fil de la visite, la guide appuie sur un interrupteur, et les objets d'autrefois surgissent de la pénombre, comme s'ils remontaient du passé!

Une saisissante plongée dans le Hurepoix de la fin du XIXe siècle!
"Tout ce qui est ici est le fruit de dons" explique ma guide."Des personnes âgées qui pensaient que certains objets n'intéresseraient pas leurs enfants, et qui nous les ont donnés, pour les sauver de l'oubli". J'apprends qu'au début, les objets exposés tenaient dans deux pièces, et qu'au fil du temps et des dons, c'est progressivement deux étages qui vont finir par être occupés par le musée. Et en effet  ce qui frappe, au fur et à mesure de la visite, c'est la richesse, et aussi la qualité, du contenu exposé. On parlerait d'une vraie caverne d'Ali Baba, si ce terme n'impliquait pas une notion de désordre. Or ici, point de désordre: dans chaque pièce au contraire, une ordonnance méticuleuse , les objets étant le plus souvent mis en situation autour d'un mannequin  figurant leur utilisateur d'autrefois. Sont figurés par exemple les ateliers des artisans : le bourrelier par exemple, qui prospérait au

L'atelier du bourrelier

temps des voitures à cheval, le vannier, ou encore le fourreur. Tout un monde disparu qui ressurgit! Des métiers féminins sont aussi présentés: celui de la modiste -  jolie  collection de chapeaux à la clé! Ou encore de la laveuse, ou de la "repasseuse de fin"! De même, les lieux de vie des différents milieux sociaux sont reconstitués , la salle à manger des maraîchers, aussi bien que le salon bourgeois. Les us et coutumes du baptême, comme ceux du deuil, sont présentés , et ne sont pas sans surprendre le visiteur! Au fil de la visite, le visiteur qui a atteint un certain âge reconnaît avec émotion ici ou là un objet vu autrefois chez sa grand-mère. On est frappé aussi par la qualité des vêtements d'autrefois, notamment féminins, présentés ici - de ceux qu'on voit sur les vieilles cartes

Partie de jacquet dans le salon bourgeois.

postales , et qu'on découvre "en vrai", ici! Bref, la visite de ce musée est une saisissante remontée dans le temps , une vraie  recherche du temps perdu, celui de  la fin du XIXe siècle en Hurepoix. Et on imagine le travail considérable et minutieux  qu'il a fallu aux bénévoles de l'association pour mettre tout cela en place! "Si le musée n'est pas plus souvent ouvert, c'est que le reste du temps nous y travaillons", m'indique une sociétaire. De temps en temps, en effet, on voit passer une petite dame l'air affairé, impression d'une  petite ruche!

Coiffe de mariage.

Bijouterie de deuil.

Au fur et à mesure de la visite, chaque pièce visitée , et tous les trésors que le musée contient, sont retournés  à la pénombre. Je vous invite à  aller les ramener à la lumière! La visite guidée est pleine de petites surprises très réjouissantes.

Un appel du président:
"J'ai 87 ans " me dit le président de l'association . Les autres bénévoles qui s'activent dans l'hôtel Brière ne sont guère plus jeunes. "Que va devenir le musée après nous? Il faudrait que des gens plus jeunes s'impliquent maintenant dans notre association  ". Nous transmettons le message.

JMS

Pour prendre contact avec le musée (visites individuelles ou de groupes):
tél: 0169314570
mail: musee.hurepoix@free.fr

Les photos sont tirées des publications du musée.

lundi 30 octobre 2017

SORCELLERIE EN HUREPOIX: MESSE NOIRE AU CHATEAU DE VILLEBOUZIN.

                                            Un harmonieux château du XVIIe siècle:
Le château de Villebouzin est un harmonieux château de la fin du XVII e siècle  situé à Longpont sur Orge, près de Montlhéry. Il a été construit pour le comte de Montgomery à l'emplacement, comme souvent, d'un ancien château féodal. Malgré certaines modifications au XIXe siècle, le bâtiment d'origine est pour l'essentiel bien conservé. Il a cependant été restauré en 1912 par l'architecte Paul Friesé. Le parc à l'anglaise créé en 1785 par le marquis d'Eschoisy a été remplacé en 1911 par un jardin à la française. C'est aujourd'hui une clinique psychiatrique: des bâtiments complémentaires ont été construits dans l'ancienne roseraie.

Le château de Villebouzin aujourd'hui.

MESSE NOIRE AU CHATEAU:
En 1673, une messe noire commanditée par la marquise de Montespan s'est déroulée dans la chapelle du château. A cette époque, la favorite du roi Louis XIV craignait de perdre les faveurs de son royal amant. Une messe noire est une sorte de messe inversée, on n'y demande pas l'aide de Dieu, mais au contraire l'aide des "puissances infernales" dans un certain but. Seul un prêtre peut officier.
Madame de Montespan demanda alors à l'abbé Guibourg, ancien aumonier des Montgomery de pratiquer une messe noire pour recouvrer l'amour du souverain. A cette époque, le château avait conservé des éléments du bâtiment primitif du XIVe siècle (tours, douves profondes en eau) , et le

L'abbé Guibourg officiant...

cadre, selon J. Lair, était "bien choisi pour de ténébreuses incantations"...Le prêtre, en présence de quelques témoins, dit donc la messe sur le corps nu de la favorite , couchée sur les dalles froides et humides du château, les bras en croix, un cierge dans chaque main. La cérémonie impliquait un sacrifice sanglant, celui d'un nourrisson, que le prêtre avait acheté un écu à sa  mère! Guibourg prononça alors la "conjuration" dont voici les termes: "Astaroth, Asmodée, prince de l'Amitié, je vous conjure  d'accepter le sacrifice que je vous présente de cet enfant pour les choses que je vous demande, qui sont l'amitié du Roi et de Monseigneur le Dauphin me soit continuée, et, honorée des  princes et princesses de la Cour, que rien ne me soit daigné de tout ce que je demanderai au Roi, tant pour mes parents que serviteurs". Il "piqua" paraît-il ensuite le nourrisson à la gorge avec un canif, il versa le sang qui s'échappait de la plaie dans le calice, après quoi l'enfant fut emporté dans un autre lieu.(1)

Autre vue du château - carte postale ancienne.

Des sacrifices inutiles:

Deux autres messes noires furent prononcées par la suite par l'abbé Guibourg , l'une dans une cabane en ruines retirée en pleine campagne, une autre  dans une maison chic de Paris. Ce fut peine perdue, car en 1679, Louis XIV  prit une nouvelle maîtresse, Melle de Fontanges. La rumeur a couru que par la suite Mme de Montespan aurait songé à recourir au poison, avec l'aide de la Voisin, déjà impliquée dans les messes noires, pour supprimer sa rivale, morte prématurément... mais peut-être de mort naturelle?

(1): Source principale: "Le drame des poisons" Fr.Funk-Brentano.

dimanche 29 octobre 2017

SPECTACLES ET EVENEMENTS A VENIR EN HUREPOIX et ailleurs...

« Ville idéale » imaginée par les héritiers de Le Corbusier, Les Ulis organise du 6 au 26 novembre 2017 un Forum qui retrace les grands mouvements de l’architecture contemporaine. De la naissance d’une ville fondée sur les principes de la charte d’Athènes à sa rénovation urbaine et architecturale, découvrez une ville qui ose se réinventer, se projeter et affirmer que les architectes sont des artistes.
Réalisé en partenariat avec des structures aussi prestigieuses que le Centre Pompidou , la Fondation Le Corbusier, ou encore la Cité de l’architecture et du patrimoine, l’évènement est unique, se veut pédagogique et ouvert à tous : publics départementaux, régionaux, avertis ou amateurs, scolaires et artistiques.
A l’heure du Grand-Paris, de Paris-Saclay et des réinventions urbaines, au cœur de ce territoire en devenir, ce rendez-vous prend un sens naturellement d’actualité.
https://lesulis.wixsite.com/forum-artarchi






Exposition Nils-Udo du 23 septembre au 26 novembre

Public





* FRESNES:
A VOIR jusqu'en FEVRIER 2018

  A LA FERME DE COTTINVILLE ,

une très belle exposition intitulée

HABITANTS, BATISSEURS DE BANLIEUE

Elle retrace l'histoire et l'évolution de la ville depuis l'explosion démographique des années 50-70.

Ecomusée du Val de Bièvre, rue Maurice Ténine. Entrée libre.




La ferme de Cottinville.






*LES ARTS PREMIERS S'INVITENT DANS LA VALLEE DE CHEVREUSE:
Au château du Val Fleury, à Gif-sur Yvette, une fascinante exposition attend les visiteurs jusqu'au 20 décembre. Pascal Lacombe , globe trotter et collectionneur, y présente une partie des 3000 objets d'art rituels qu'il a rapportés de ses voyages depuis 1970. Sont représentés les Abelams de Papouasie, les Piraoas d'Amérique du sud, les Masaïs d'Afrique, les Yakas du Congo...Toutes sortes de masques rituels et des bijoux  notamment étonneront les visiteurs.



L'exposition est ouverte au public tous les après-midis sauf le lundi. Diverses conférences et des animations pour les petits sont prévus le week-end. Se renseigner auprès du service culturel de Gif: Tél. : 01 70 56 52 60






* EXPOSITIONS A BOURGES:












* BURES SUR YVETTE:





LE SECOND EMPIRE

OU L’AUBE DE LA MODERNITE














Lectures à trois voix avec chansons

et liaisons musicales 



A travers de nombreux textes, littéraires ou non, l’association « Des auteurs et des voix » vous fera revivre dix-huit années foisonnantes qui ont profondément bouleversé le vieux monde…

Vendredi 24 novembre à 14h30 et à 20h30

Centre culturel Marcel Pagnol à Bures sur Yvette


(Durée : 1h30)



* LES FABLES DE LA FONTAINE

au château de GROUSSAY à MONTFORT L'AMAURY:



Tous renseignements sur le site du château:
http://www.chateaudegroussay.com/




*Didier ROUSSELET

  L'HOMME QUI MARCHE POUR L'EUROPE

donnera une conférence sur ses voyages à pied

le SAMEDI 25 NOVEMBRE à 15 h

A L'ESPACE HARMATTAN, 21 bis rue des Ecoles, Paris VIe




Historien et géographe de formation, curieux du monde qui l'entoure, Didier Rousselet a été aussi directeur d'un troupe théâtrale, Le Néon, aux Etats-Unis, metteur en scène, comédien, et il se consacre aujourd'hui davantage à l'écriture, et effectue régulièrement des voyages à pied en Europe.




*VIENT DE PARAITRE :




Didier Rousselet croit à l'Europe, et sa manière de la célébrer est: la marche!
Voir notre article sur son expérience sur:
http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2017/06/didier-rousselet-lhomme-qui-marche-pour.html

* LE DOMAINE SAINT GEORGES sera au Marché de Noël de Gif les 8, 9 et 10 décembre 2017.



 Philippe et Jany Tarroux (anciens) profs et (toujours) viticulteurs (avec leur fille Christine ) dans le Languedoc, sont revenus en Hurepoix proposer leur production ; des producteurs indépendants heureux car plusieurs fois médaillés, dont 2 fois d'or, et récemment sélectionnés dans le prochain guide Hachette.

Tous renseignements sur leur production : www.cardinelles.com

Envois par colis possibles.

*VIENT DE PARAITRE :



Treize nouvelles, treize auteurs , treize illustrateurs et beaucoup de genres, « du récit policier à la comédie amoureuse en passant par le conte fantastique ou le drame intime.



MOONRAKER, éditions du Felin,

de Mrs Fr.TENNYSON JESSE
traduit par Marie-Yvonne GUYON. 


Une  histoire  de pirates 

qui ,en 1802 à St Domingue, 

mènera à la triste fin 

de Toussaint Louverture 

et à la constitution de HAÏTI.




Pour moi, c’est au moins entendre parler de Saint Domingue en 1802 puis se poser des questions sur Haïti,  les tribulations de l’esclavage, son abolition, sa restauration, etc…



De plus, à savoir :     



Tous droits et bénéfices sont prévus pour l’ association ARCHE  qui œuvre pour  Colline Deslandes en Haïti, achetant du bétail, payant le vétérinaire, ouvrant bientôt un petit centre culturel avec accès internet pour décloisonner ce petit village frappé par la pauvreté ou  les phénomènes naturels… 



Bien amicalement à tous,



M.Yv.GUYON


                             * VIENT DE PARAITRE :












Franck est le fils de Tateh et Ona Dragon. Il a six ans lorsque l’Occupation commence et pas beaucoup plus quand les « képis » entrent dans son appartement. Il est caché dans le placard et s’en sort grâce aux mensonges de son père et à l’aide de deux voisines qui lui trouvent un cache à la campagne auprès d’une vieille dame aussi dure qu’elle a grand cœur… Seul face à des événements qu’il ne comprend pas tout à fait le garçon juif observe le monde avec la peur au ventre d’oublier le visage de ses parents. Il s’invente des amis imaginaires et maintient un peu de yiddish dans ses observations.







 :




* VIENT DE PARAITRE:


* LES CONCERTS A LA MAISON D'ORSAY:


 Christine et Michel GOGUEY reçoivent : 

6, rue Lamartine, 91400 Orsay
michel@goguey.com
06 72 08 96 54
 

Tous renseignements sur: https://www.facebook.com/homeconcerts.