correspondant agoravox

lundi 11 mars 2019

SOS CRAPAUDS AUX ULIS ! Des batraciens sont piégés dans des fosses d'aération situées au pied de certains bâtiments.

                                               UNE GRANDE MIGRATION:



En mars/avril, chaque année, c'est la grande migration des crapauds. Ces batraciens , une espèce protégée, quittent la terre pour gagner l'eau où ils s'accoupleront et se reproduiront , avant de retourner à leurs lieux de séjour habituels jusqu'à l'année suivante. Beaucoup se font malheureusement écraser en route, ce qui explique que l'espèce est menacée. Ou bien ils tombent dans des trous où ils se font piéger.

C'est la saison des amours chez les crapauds.
Photo de Sophie Piekarec prise au bassin rond du parc Nord.

                          DE NOMBREUX CRAPAUDS DEJA PIEGES  AUX ULIS.

C'est le cas aux Ulis. Véronique Rémond, très sensibilisée à ce problème , explique: "Au pied de certains bâtiments se trouvent des sortes des fosses où donnent des ouvertures d'aération. Des batraciens, au cours de leur migration, y tombent et s'y font piéger." Ce 11 mars, elle vient de sauver l'un d'entre eux, emprisonné dans une de ces fosses nombreuses dans le quartier de La Treille, et de le porter dans l'étang du parc Nord. " J'ai déjà sauvé une vingtaine de ces petites bêtes aussi dans ma résidence" ajoute-t-elle. Celle-ci est proche elle aussi du parc Nord. "Chez moi, elles tombent dans des sortes de trappes et se retrouvent dans les caves, d'où elles ne peuvent plus sortir."

                                                                 SAUVE !

                                                                      
C'est un beau crapaud mâle (traces noires sur les doigts en période nuptiale)  que Véronique a tiré d'affaire ce 11 mars .

                                               COMMENT LES SAUVER?

Selon Véronique,concernant les fosses de La Treille, il faudrait que la mairie ou la copropriété fassent installer des grilles ou grillages au dessus de ces trous d'aération quand il y en a pour éviter ce phénomène.

               Selon Véronique, il faudrait que ces fosses d'aération soient recouvertes d'un grillage...

Mais tout un chacun, dans l'urgence, peut aussi intervenir pour sauver les crapauds ! 

Aller voir régulièrement si un crapaud n'est pas coincé dans les trous d'aération  de son bâtiment ou tout autre trou est une solution. A la Treille, conseille-t-elle,"Il faut soulever délicatement les feuilles mortes qui se sont accumulées au fond, car ils peuvent y être cachés" indique -t-elle. "Et puis, les emmener à l'eau sans attendre est le mieux".
Elle recommande cependant des les saisir avec des gants, car la peau des crapauds contient des substances qui peuvent irriter les yeux ou la bouche si on y porte les mains ensuite.

Alors, il ne reste plus qu'à se mobiliser ! Observez bien dans votre résidence ce qui peut constituer un piège pour les batraciens et intervenez!



        Véronique  a déjà sauvé une vingtaine de crapauds dans son quartier.

dimanche 3 mars 2019

UNE ANIMATION AUTOUR DE L' INTERESSANTE EXPOSITION " L'EMPIRE EN BOITES" A LA MAISON DE CHATEAUBRIAND.

 La maison de Chateaubriand, située à Chatenay-Malabry dans la fameuse Vallée aux Loups organise  régulièrement animations et expositions.
En ce moment , et jusqu'au 10 mars, s'y tient une intéressante exposition intitulée "L'Empire en boîtes": toutes sortes de petits objets personnels: boîtes , tabatières, étuis, "souvenirs" … d'un grand raffinement , y sont présentés , témoignant du goût du luxe de la nouvelle bourgeoisie  impériale aussi bien que de l'habileté et de la créativité des artisans de l'époque. Cette collection émane de la Fondation Napoléon, qui rend ainsi visite à la maison de Chateaubriand. Cette exposition offre une ouverture sur un aspect moins connu de l'époque Napoléonienne.


                          
             UNE DECOUVERTE TACTILE  D'OEUVRES SCULPTEES !

Était d'abord proposée ce jour , dans la bibliothèque de la maison,  une animation un peu surprenante autour de trois bustes sculptés appartenant à ses collections: un buste de Bonaparte (auteur anonyme), un autre d'Elisa, une des sœurs de Napoléon, œuvre de  Lorenzo Bartolini. A ces deux oeuvres typiques du néoclassicisme, s'ajoutait une étonnante création contemporaine toute en angles de William Chattaway représentant Chateaubriand , datant de 1975. Il s'agissait, en fermant les yeux, de se livrer à une "découverte tactile " de ces œuvres. "C'est une pratique que l'on propose habituellement aux aveugles et mal voyants"  a expliqué  l' animatrice-conférencière. " Proposée à des personnes qui n'ont pas ce handicap leur offre l'occasion d'un autre ressenti de l'œuvre". Il est sûr que le côté lisse des œuvres néoclassiques, comme l'aspect accidenté et anguleux du buste de Chattaway , d'un style proche du cubisme, ne pouvait qu'être perçu plus concrètement par ces palpations. Certains prenaient aussi conscience de détails qu'ils n'avaient pas forcément perçus au premier coup d'œil: les boucles d'Elisa, les plis du tissu de sa robe pour l'une. Un autre participant réalisa au toucher que le Chateaubriand  n'avait pas de globe oculaire, et une autre personne qu'il avait une bouche tombante!

Les 3 bustes.


Des participants en pleine "découverte tactile".

Ensuite la conférencière retraça l'évolution des relations entre Chateaubriand et Napoléon, deux personnages hors normes dont chacun admirait le génie de l'autre, et dont les relations se gâtèrent après l'exécution, sur l'ordre de l'Empereur, du duc d'Enghien. C'est à ce moment (1807)  que Chateaubriand se retira à Châtenay-Malabry et passa dans l'opposition à l'Empereur.
Après un rappel des principales étapes de la carrière de Napoléon, une présentation d'Elisa Bonaparte, vraie femme de pouvoir, qui finit par gouverner la Toscane, et une évocation des circonstances de l'exécution du duc d'Enghien, nous nous acheminâmes vers l'exposition.

                       APERCU DE L'EXPOSITION  EN IMAGES :

On découvre toutes sortes de petits objets luxueux, notamment des boîtes décorées de motifs divers, que l'on s'offrait en cadeaux. 
En bas et à droite (7) on aperçoit une vinaigrette, boite contenant une petite éponge imbibée de vinaigre parfumé, qu 'on portait en pendentif . On l'inhalait pour ses vertus vivifiantes.

Ce très joli motif est réalisé en micro mosaïque.


Ici un sujet mythologique: Leda et le cygne (Zeus).

A l'intérieur de cette boîte, on découvre un automate en or ciselé figurant un pêcheur en train de sortir un poisson. Le paysage du fond est en émail. L'eau est figurée par un tube de cristal rotatif.
le couvercle de la boîte est orné d'un trophée musical figuré sur un fond en mail bleu et entouré d'une frise de perles fines !

On offrait aussi des objets utilitaires luxueux comme ici un étui à courrier. Les femmes y cachaient des mots doux reçus… Nous avons vu aussi un précieux carnet de bal…

… ou ici un beau coffret contenant un nécessaire pour écrire en nacre et en cristal.

Ici il s'agit apparemment d'un nécessaire de couture orné d'un  délicat portrait de la propriétaire sans doute..

Ici un autre objet orné d'un portrait.
On faisait fabriquer aussi des "souvenirs", ornés du profil de la personne défunte dont on voulait honorer le souvenir, accompagné d'une mention gravée.

Un écuelle précieuse: on offrait cet objet aux femmes ayant accouché.

Nous découvrons ici un étui pour protéger la luxueuse vaisselle de table pendant les voyages.

Il est plaqué d'ébène et des variations de couleurs sont créées par de l'amboine.

On avait à l'époque une prédilection pour les scènes peintes telle que celle -ci, œuvre de Jean Louis Demane , influencé par la peinture hollandaise.

Tous les nombreux membres de la famille impériale se faisaient faire leur portrait en petit format, soit sous forme de camée, soit sous la forme d'une peinture miniature :

Portrait de Napoléon de profil "en biscuit" (porcelaine qui n'a pas reçu son décor émaillé) sur un couvercle de boîte.

Lucien Bonaparte.

Caroline Murat, reine de Naples. Portrait miniature.


Murat.
Ces portraits étaient réalisés sur ivoire, puis montés sur cadres ou sur des boîtes.

Marie Louise d'Autriche, épouse de Napoléon.

Encrier offert à Napoléon pour son anniversaire (1808) par Hortense, fille de Joséphine et épouse de Louis, frère de l'empereur et roi de Hollande. Elle figure sur le couvercle accompagnée de deux de ses fils, dont le futur Napoléon III.

Napoléon s'était fait faire à la manufacture de Sèvres, en 1807,  un service de 72 assiettes (on n'en a retrouvé qu'une cinquantaine). Elles étaient ornées de sujets militaires, de vues de Paris, d'images de résidences impériales… Le motif peint était chaque fois différent.

Napoléon utilisait aussi ces objets de luxe avec un objectif diplomatique ou politique … 

Cette tabatière ornée d'un magnifique chien en micro mosaïque a appartenu à Fédor Rostopchine, gouverneur de Moscou.

… ou pour récompenser ses fidèles : 

                                          Le bâton de maréchal de France de Masséna.
Il est en bois recouvert de velours de soie et parsemé de 32 aigles brodées en fil d'or et soie jaune, avec aux extrémités une couronne de lauriers. L'étui lui même en carton recouvert de maroquin rouge et garni de satin blanc est orné de 32 aigles dorées au fer.

Une salle évoque plus particulièrement Napoléon à Ste Hélène et le culte dont il fut l'objet après sa mort :

Reliquaire contenant une figuration du tombeau de Napoléon gardé par deux "grognards".

Figuration de Napoléon à Ste Hélène.

Il n'était pas prudent de se dire admirateur de Napoléon sous la Restauration. D' où ce type de boîtes à double fond . A droite, sous un premier fond anodin, le propriétaire cachait ce médaillon gravé représentant Napoléon.


       Exposition à voir à la maison de Chateaubriand jusqu'au 10/3/19.

mercredi 6 février 2019

LA MAIRIE DES ULIS ENVISAGE D'AUTORISER LES GRAINES POUR LES OISEAUX , AU SEUL PARC NORD, A TITRE EXPERIMENTAL.

La mairie des Ulis envisage d'assouplir, au parc Nord seul, et à titre expérimental, la mesure d'interdiction totale de nourrir les oiseaux qui prévalait jusqu'ici, suivant en cela une suggestion du groupe J'AIME LE PARC NORD.

 En effet, Françoise Marhuenda, maire des Ulis, a fait savoir au groupe  que la municipalité envisageait bien maintenant d'autoriser  provisoirement la distribution de graines aux oiseaux au parc. Toute autre nourriture, soit parce qu'elle est nocive pour les oiseaux (pain), soit parce qu'elle peut polluer les berges ou l'eau, restera interdite. 

Les panneaux du parc seront modifiés en conséquence. Une évaluation de cette mesure est prévue, et on verra dans quelques semaines si elle est maintenue ou non.


NOCIVITE DU PAIN POUR LES OISEAUX: UN SECOND PANNEAU PREVU AU NIVEAU DE LA PLAGE:

« Je sais, mais cela fait tellement plaisir à mes petits enfants » répondait récemment à une personne qui lui rappelait l’interdiction de nourrir les oiseaux une grand-mère surprise en pleine distribution. Il est sûr que c’est pour elle une grande motivation, qui la pousse à passer outre la consigne.

Doit-on ignorer le fait que depuis la nuit des temps un des plaisirs d’un parc public, quand il est pourvu d'un étang, est d’y nourrir les oiseaux ?
C'est sans doute pourquoi l'interdiction totale de nourrir les volatiles, qui prévalait jusqu'ici au parc Nord comme dans le reste de la ville, n'était , en réalité , pas respectée.



 Le groupe J'AIME LE PARC NORD DES ULIS , inspiré par les spécialistes des oiseaux, a dans un premier temps, milité pour qu'au moins les usagers du parc cessent de donner du PAIN aux oiseaux. L'absorption abusive de pain par les canards ou autres volatiles a, tous les spécialistes des oiseaux le disent, des effets néfastes : le pain ne contient pas les éléments nutritifs qui leur sont nécessaires, ce qui peut entraîner des carences , et en conséquence des maladies, comme la " maladie des ailes d'ange " (une paralysie des articulations les empêchant de voler); de plus, le pain, surtout quand il est déversé en grande quantité, pollue le sol et l'eau et entraîne le développement de bactéries, néfastes là encore aux oiseaux; de plus, ces dépôts stagnants ont pour résultat la prolifération des rats. 

La mairie, sur notre suggestion, a bien voulu installer au petit ponton un panneau en dur pour informer le public de la nocivité du pain pour les oiseaux.


Un second panneau identique à celui-ci doit être installé au niveau de la plage.

Ce message est largement passé. Cependant certaines distributions de pain continuent. Nous avons suggéré à la mairie d'installer un second panneau en dur au niveau de la plage, car la consigne à notre sens, avec un seul panneau, n'était pas assez insistante. Nous venons d'apprendre que ce second panneau va être placé.


Néanmoins, nous avons pensé qu'il fallait aller plus loin.


LES GRAINES : UNE SOLUTION DE RECHANGE NON POLLUANTE:


" Vous nous dites que donner du pain est nocif, mais vous ne nous dites pas ce qu'on peut donner à la place" nous faisait remarquer récemment une internaute. Ceci montre bien que le réflexe des usagers est , non pas de renoncer à nourrir les oiseaux, mais de chercher autre chose à donner à la place!

 Et certains, comme la grand mère dont nous parlions ci dessus, n'ont même pas ce réflexe, et continuent, leur envie de faire plaisir à leurs petits enfants l'emportant sur toute autre considération, à donner à manger du pain, et ce faisant à nuire aux oiseaux.

 D'autres, ayant intégré le message anti pain, déversent du coup sur les berges des nourritures inadaptées : ainsi nous avons observé qu'une personne jette au sol régulièrement des haricots blancs secs, trop durs pour les oiseaux ; cela reste au sol, et pollue; d'autres apportent des restes de repas…. 

Nous avons pensé , devant ces constats, que les autorités locales auraient peut être intérêt, pour le bien des oiseaux , et pour éviter ces pollutions,  à proposer aux usagers du parc une solution de rechange qui n'ait pas ces inconvénients ,et donc autoriser la distribution de GRAINES aux oiseaux (graines pour oiseaux dans la nature, en vente dans les grandes surfaces, à un prix modique, maïs, orge, riz cuit… ) .Cela convient parfaitement aux oiseaux, et ne reste pas au sol; distribuées, elles sont absorbées en un clin d'œil par nos chers volatiles.



Des graines "pour oiseaux dans la nature" sont par exemple en vente pour un prix modique dans les grandes surfaces.



Nous avons pensé qu'on devrait donc dissocier le cas du parc Nord, espace naturel à l'écart de la ville, du reste de la commune. On comprend bien l’inconvénient qu’il y a à  nourrir les oiseaux sur la place principale de la ville par exemple, car cela attire les pigeons et entraîne  des nuisances diverses . Mais quel est l’inconvénient dans un tel espace naturel, où au contraire c’est un plaisir de voir beaucoup d’oiseaux ?


Dans la plupart des parcs où une campagne d'information sur la nocivité du pain est menée  (Antony, Melun …) on indique ce qui est nocif pour les oiseaux, mais  AUSSI ce qu’on peut éventuellement donner à la place (graines pour oiseaux, mais ,orge, riz…) .

 Car on  prend en compte dans ces communes  l’attachement traditionnel , très fort, des gens à ce plaisir  de nourrir les oiseaux.



En faire autant au parc Nord, peut limiter, tant le refus de se passer de ce plaisir est fort, la pure et simple transgression (continuer à donner du pain ), mais aussi

 pour ceux qui ont intégré le message anti pain, dissuader de déverser des nourritures inadaptées qui restent au sol .


La mairie nous a suivi en prenant la décision d'autoriser les graines, mais à l'exclusion de toute autre nourriture; le déversement de végétaux ou d'épluchures, parfois conseillé sur certains sites consacrés aux oiseaux, reste interdit, car potentiellement polluant ou susceptible d'attirer les rats.


LE MIEUX SERAIT DE NE RIEN LEUR DONNER !



Rappelons pour finir qu'il faut éviter les excès: LES OISEAUX PEUVENT SE NOURRIR SEULS, sauf peut-être en hiver, quand l'étang est gelé et que la neige recouvre le sol. Il n'est pas bon de les rendre totalement dépendants des hommes.



Autoriser les graines est un compromis, à utiliser modérément, qui permet de concilier le plaisir des usagers, et notamment des enfants, et le bien être des oiseaux. 

Néanmoins, le mieux serait de ne rien leur donner. Laissons leur vivre leur vie d'oiseaux sans interférer et fausser la nature.
..
Rappelons aussi que tout déversement excessif de déchets (nourriture ou autre) dans un espace public tombe sous le coup de la loi.



JMS


Le badge du groupe J'AIME LE PARC NORD DES ULIS.

* Le groupe J'aime le Parc Nord compte  12 membres fondateurs, auxquels se sont ajoutés récemment 1O membres sympathisants.
Vous reconnaîtrez au parc ses membres au badge vert qu'ils arborent (cf ci dessus).
* il s'est formé à l'occasion d'une action de sauvetage, au printemps 2018, d'une petite cane  dont le bec s'était pris dans un déchet de plastique.
* il est à l'origine d'un grand panneau  au parc Nord , réalisé par la commune,  qui montre la biodiversité du site et appelle à son respect.
* Il a mené une campagne d'information sur la nocivité du pain pour les oiseaux. Une pancarte en dur sur le sujet a été placé par la mairie au petit ponton.
* Il vient d'obtenir la pose d'une seconde pancarte identique au niveau de la plage .
* Ses membres, munis du badge vert, font régulièrement des rondes au parc pour continuer d'informer les usagers sur la nocivité du pain.
* Il a inspiré l'expérimentation à venir de l'autorisation de la distribution de graines aux oiseaux, pour mieux éradiquer les pratiques nocives, notamment le nourrissage par le pain.
* Il envisage des opérations citoyennes anti déchets en complément de l'action des services techniques.
* Des visites guidées du parc Nord , au printemps, sur le sujet des oiseaux sont également envisagées.
* Le groupe a une page facebook : J'AIME LE PARC NORD DES ULIS  entièrement consacrée au parc. Elle compte plus de 460 abonnés.