correspondant agoravox

mercredi 6 février 2019

LA MAIRIE DES ULIS ENVISAGE D'AUTORISER LES GRAINES POUR LES OISEAUX , AU SEUL PARC NORD, A TITRE EXPERIMENTAL.

La mairie des Ulis envisage d'assouplir, au parc Nord seul, et à titre expérimental, la mesure d'interdiction totale de nourrir les oiseaux qui prévalait jusqu'ici, suivant en cela une suggestion du groupe J'AIME LE PARC NORD.

 En effet, Françoise Marhuenda, maire des Ulis, a fait savoir au groupe  que la municipalité envisageait bien maintenant d'autoriser  provisoirement la distribution de graines aux oiseaux au parc. Toute autre nourriture, soit parce qu'elle est nocive pour les oiseaux (pain), soit parce qu'elle peut polluer les berges ou l'eau, restera interdite. 

Les panneaux du parc seront modifiés en conséquence. Une évaluation de cette mesure est prévue, et on verra dans quelques semaines si elle est maintenue ou non.


NOCIVITE DU PAIN POUR LES OISEAUX: UN SECOND PANNEAU PREVU AU NIVEAU DE LA PLAGE:

« Je sais, mais cela fait tellement plaisir à mes petits enfants » répondait récemment à une personne qui lui rappelait l’interdiction de nourrir les oiseaux une grand-mère surprise en pleine distribution. Il est sûr que c’est pour elle une grande motivation, qui la pousse à passer outre la consigne.

Doit-on ignorer le fait que depuis la nuit des temps un des plaisirs d’un parc public, quand il est pourvu d'un étang, est d’y nourrir les oiseaux ?
C'est sans doute pourquoi l'interdiction totale de nourrir les volatiles, qui prévalait jusqu'ici au parc Nord comme dans le reste de la ville, n'était , en réalité , pas respectée.



 Le groupe J'AIME LE PARC NORD DES ULIS , inspiré par les spécialistes des oiseaux, a dans un premier temps, milité pour qu'au moins les usagers du parc cessent de donner du PAIN aux oiseaux. L'absorption abusive de pain par les canards ou autres volatiles a, tous les spécialistes des oiseaux le disent, des effets néfastes : le pain ne contient pas les éléments nutritifs qui leur sont nécessaires, ce qui peut entraîner des carences , et en conséquence des maladies, comme la " maladie des ailes d'ange " (une paralysie des articulations les empêchant de voler); de plus, le pain, surtout quand il est déversé en grande quantité, pollue le sol et l'eau et entraîne le développement de bactéries, néfastes là encore aux oiseaux; de plus, ces dépôts stagnants ont pour résultat la prolifération des rats. 

La mairie, sur notre suggestion, a bien voulu installer au petit ponton un panneau en dur pour informer le public de la nocivité du pain pour les oiseaux.


Un second panneau identique à celui-ci doit être installé au niveau de la plage.

Ce message est largement passé. Cependant certaines distributions de pain continuent. Nous avons suggéré à la mairie d'installer un second panneau en dur au niveau de la plage, car la consigne à notre sens, avec un seul panneau, n'était pas assez insistante. Nous venons d'apprendre que ce second panneau va être placé.


Néanmoins, nous avons pensé qu'il fallait aller plus loin.


LES GRAINES : UNE SOLUTION DE RECHANGE NON POLLUANTE:


" Vous nous dites que donner du pain est nocif, mais vous ne nous dites pas ce qu'on peut donner à la place" nous faisait remarquer récemment une internaute. Ceci montre bien que le réflexe des usagers est , non pas de renoncer à nourrir les oiseaux, mais de chercher autre chose à donner à la place!

 Et certains, comme la grand mère dont nous parlions ci dessus, n'ont même pas ce réflexe, et continuent, leur envie de faire plaisir à leurs petits enfants l'emportant sur toute autre considération, à donner à manger du pain, et ce faisant à nuire aux oiseaux.

 D'autres, ayant intégré le message anti pain, déversent du coup sur les berges des nourritures inadaptées : ainsi nous avons observé qu'une personne jette au sol régulièrement des haricots blancs secs, trop durs pour les oiseaux ; cela reste au sol, et pollue; d'autres apportent des restes de repas…. 

Nous avons pensé , devant ces constats, que les autorités locales auraient peut être intérêt, pour le bien des oiseaux , et pour éviter ces pollutions,  à proposer aux usagers du parc une solution de rechange qui n'a pas ces inconvénients ,et donc autoriser la distribution de GRAINES aux oiseaux (graines pour oiseaux dans la nature, en vente dans les grandes surfaces, à un prix modique, maïs, orge, riz… ) .Cela convient parfaitement aux oiseaux, et ne reste pas au sol; distribuées, elles sont absorbées en un clin d'œil par nos chers volatiles.



Des graines "pour oiseaux dans la nature" sont par exemple en vente pour un prix modique dans les grandes surfaces.



Nous avons pensé qu'on devrait donc dissocier le cas du parc Nord, espace naturel à l'écart de la ville, du reste de la commune. On comprend bien l’inconvénient qu’il y a à  nourrir les oiseaux sur la place principale de la ville par exemple, car cela attire les pigeons et entraîne  des nuisances diverses . Mais quel est l’inconvénient dans un tel espace naturel, où au contraire c’est un plaisir de voir beaucoup d’oiseaux ?


Dans la plupart des parcs où une campagne d'information sur la nocivité du pain est menée  (Antony, Melun …) on indique ce qui est nocif pour les oiseaux, mais  AUSSI ce qu’on peut éventuellement donner à la place (graines pour oiseaux, mais ,orge, riz…) .

 Car on  prend en compte dans ces communes  l’attachement traditionnel , très fort, des gens à ce plaisir  de nourrir les oiseaux.



En faire autant au parc Nord, peut limiter, tant le refus de se passer de ce plaisir est fort, la pure et simple transgression (continuer à donner du pain ), mais aussi

 pour ceux qui ont intégré le message anti pain, dissuader de déverser des nourritures inadaptées qui restent au sol .


La mairie nous a suivi en prenant la décision d'autoriser les graines, mais à l'exclusion de toute autre nourriture; le déversement de végétaux ou d'épluchures, parfois conseillé sur certains sites consacrés aux oiseaux, reste interdit, car potentiellement polluant ou susceptible d'attirer les rats.


LE MIEUX SERAIT DE NE RIEN LEUR DONNER !



Rappelons pour finir qu'il faut éviter les excès: LES OISEAUX PEUVENT SE NOURRIR SEULS, sauf peut-être en hiver, quand l'étang est gelé et que la neige recouvre le sol. Il n'est pas bon de les rendre totalement dépendants des hommes.



Autoriser les graines est un compromis, à utiliser modérément, qui permet de concilier le plaisir des usagers, et notamment des enfants, et le bien être des oiseaux. 

Néanmoins, le mieux serait de ne rien leur donner. Laissons leur vivre leur vie d'oiseaux sans interférer et fausser la nature.
..
Rappelons aussi que tout déversement excessif de déchets (nourriture ou autre) dans un espace public tombe sous le coup de la loi.



JMS


Le badge du groupe J'AIME LE PARC NORD DES ULIS.

* Le groupe J'aime le Parc Nord compte  12 membres fondateurs, auxquels se sont ajoutés récemment 1O membres sympathisants.
Vous reconnaîtrez au parc ses membres au badge vert qu'ils arborent (cf ci dessus).
* il s'est formé à l'occasion d'une action de sauvetage, au printemps 2018, d'une petite cane  dont le bec s'était pris dans un déchet de plastique.
* il est à l'origine d'un grand panneau  au parc Nord , réalisé par la commune,  qui montre la biodiversité du site et appelle à son respect.
* Il a mené une campagne d'information sur la nocivité du pain pour les oiseaux. Une pancarte en dur sur le sujet a été placé par la mairie au petit ponton.
* Il vient d'obtenir la pose d'une seconde pancarte identique au niveau de la plage .
* Ses membres, munis du badge vert, font régulièrement des rondes au parc pour continuer d'informer les usagers sur la nocivité du pain.
* Il a inspiré l'expérimentation à venir de l'autorisation de la distribution de graines aux oiseaux, pour mieux éradiquer les pratiques nocives, notamment le nourrissage par le pain.
* Il envisage des opérations citoyennes anti déchets en complément de l'action des services techniques.
* Des visites guidées du parc Nord , au printemps, sur le sujet des oiseaux sont également envisagées.
* Le groupe a une page facebook : J'AIME LE PARC NORD DES ULIS  entièrement consacrée au parc. Elle compte plus de 460 abonnés.