correspondant agoravox

samedi 17 mai 2014

Le château du Tertre à AMBRIERES-LES-VALLEES (Mayenne). Un architecte célèbre et une incroyable histoire familiale !

 Mon arrière grand-père était  le jardinier d'un château  d'Ambrières, il y emmenait ma mère enfant quand il allait y travailler... Ma recherche de ce château m'en a fait découvrir de belles!
                     
                        Un élément majeur du patrimoine local , conçu par Viollet-le-Duc.

Le château du Tertre est un élément de patrimoine notable d'Ambrières Les Vallées , anciennement Ambrières le Grand, . Quel touriste de passage n'achètera pas une de ces cartes postales représentatives de la petite cité centrées sur l'image de ce château. Il fait donc partie de l'identité d'Ambrières.
 
Cette carte postale ancienne le signale comme un élément notable du patrimoine local.

Autre particularité qui retient l'attention : c'est Viollet-le-Duc lui même qui l'a conçu! Il a pu connaître le site et son propriétaire  , le très riche rentier Auguste Griois ,fils d'un important notaire parisien, lors de ses tournées dans la région en tant qu'inspecteur des monuments diocésains. Il l'a trouvé propice  à la réalisation d' un tel projet : il a alors imaginé l'édifice, l'a dessiné , et en 1872 l'a fait réaliser  par son gendre Maurice Oradou pour son propriétaire privé . Son vestibule d'entrée soutenu par des colonnes de granit est paraît-il superbe !

Le "nid familial" de la famille Koch- Foccart (2e moitié du XIXe s).
 
Le troisième aspect qui retient l'attention , c'est l'identité de la famille propriétaire : c'est dans ce château en effet qu'est né le 31 août 1913 Jacques Foccart , le célèbre et controversé homme de confiance du général de Gaulle , secrétaire général de l'Élysée aux affaires africaines et malgaches de 1960 à 1974 , et le père de la "Françafrique" . Pierre Péan , dans son livre "L'Homme de l'ombre" (Editions Fayard) consacré à ce personnage , nous donne de nombreuses informations sur la famille Foccart , propriétaire du château. Auguste Griois , le commanditaire du château, avait pris sous sa protection dès 1850 Victoire-Frédérique Foccart , épouse de Louis-Guillaume Koch , un huissier alsacien , ainsi que le fils du couple Louis Koch-Foccart né en 1839 à Brumath , bourgade
 
 
La Varenne à Ambrières et la mairie , ancien "château Sillard" , qui surplombe la rivière.
 
 proche du duché de Bade . En 1872 , il régularise leur  situation en épousant Victoire-Frédérique Foccart. Le père légal du jeune Louis était décédé entre temps à Marseille, en 1866. Auguste Griois peu après son arrivée à Ambrières devient adjoint au maire et  un notable local influent. Il finira par être le maire de la commune de 1870 à 1876 . Il fera de Louis Koch - Foccart , qu'il traite comme son fils, le légataire universel de son immense fortune. Celui-ci  héritera donc notamment du château du Tertre et mènera sa vie à Ambrières ; il se rendra souvent aussi dans la villa Auguste à Monaco héritée aussi d'Auguste Griois et  il y mourra le  12 mars 1916.
 
Entre temps , Louis Koch- Foccart , qui avait épousé en 1866 une Marie-Frédérique Masson,  avait fondé une nombreuse famille , au château du Tertre , composée de  Louis-Auguste , né en 1867, Guillaume  en 1869 (mais mort trois mois après) , Marie-Claudine en 1870 , qui sera nonne à Laval,  Suzanne en 71, qui sera abbesse à Laval , Marguerite en 73, Marie-Pierre en 74 , qui deviendra prêtre et secrétaire particulier de l'évêque de Monaco, un autre Guillaume en 76 - le père de Jacques Foccart-, et Ignace-Joseph en 1882. En cette fin du XIX e siècle , le château  était donc un vrai "nid familial". Quand  à Louis (ou Guillaume-Louis selon les sources), il fut lui aussi maire d'Ambrières de 1884 à 1895.
 
La situation dans la première moitié du XXe siècle.
 
La documentation manque en ce qui concerne la période suivante , la première moitié du XXe siècle. On peut certes être assuré que jusqu'en 1916 , Louis Koch-Foccart est resté le maître de maison , même s'il rejoignait souvent sa propriété de Monaco. Il est probable que les membres de la famille entrés en religion, Marie-Claudine , Suzanne , et Marie-Pierre n'ont eu  qu'une présence intermittente dans les lieux. Le  fils aîné de Louis , Louis -Auguste , marié en 1892 avec Gabrielle Brochard , dont il a eu deux filles , Germaine née en 1894 , et Suzanne , née en 1897 , avait sans doute quitté Le Tertre assez vite après son mariage; en 1906 , c'est sûr , il était  installé dans un autre château  édifié en centre-ville d'Ambrières sur le site de l'ancien château médiéval (où se trouve l'actuelle mairie); mais en 1911 , il a déménagé; est-il resté à Ambrières? On peut le penser car il a été a été conseiller municipal assez longtemps .On le retrouve par exemple en 1921 et en 1926 installé avec sa famille et deux domestiques rue de la Gare. Germaine se mariera en 1921, à l'âge de 27 ans, et Suzanne en 1927 , à 30 ans.  Quid de Marguerite , qui  se mariera mais n'aura pas d'enfants, ou encore d'Ignace-Joseph , dont on ne sait rien? 
 
Jacques Foccart , le M. Afrique du général de Gaulle , est né au château du Tertre et y a passé l'essentiel de son enfance et son adolescence. 
  
Reste Guillaume , le père de Jacques Foccart : lui est parti très tôt à l'aventure , en Guadeloupe, a acheté une grande propriété là-bas en 1899 , qu'il a fait prospérer , et s'est marié en 1906 à Elmire de Courtemanche de la Clémandière , une créole. Il est aussi devenu dans l'île maire de Courbeyre , et le restera de 1908 à 1921. Il sera de plus consul de la principauté de Monaco à la Guadeloupe. Mais en août 1913 , Guillaume et son épouse sont présents au château du Tertre à l'occasion d'une réunion de famille , et c'est ainsi que Jacques y naît. Son père et sa mère repartent en Guadeloupe , et Jacques reste au château du Tertre pendant 3 ans ; ses parents reviennent à Ambrières en 1916 à la mort de Louis Koch- Foccart , et ils retourneront alors avec l'enfant à la Guadeloupe. Guillaume et sa famille sont donc pratiquement absents du château pendant toutes ces années. Mais en juin 1919 , toute la famille est de retour définitivement au château du Tertre .Guillaume a revendu ses propriétés de Guadeloupe. Il est avéré alors que le nouveau maître des lieux est Guillaume  et que le château du Tertre  est sa demeure familiale et sera désormais le cadre de l'enfance et de l'adolescence de Jacques Foccart. Il fut élève du Lycée de l'Immaculée conception à Laval d'avril 1921 à avril 1935. Il semble qu'il ait perdu son père, Guillaume,  dès 1925.
         
 Suzanne Foccart , l'ex abbesse de Laval, pour sa part, s'est réfugiée à L'Ile-aux-Moines où elle meurt elle aussi en 1925. Tout ce que l'on sait d'autre est que Jacques Foccart et sa famille resteront propriétaires des lieux jusqu'en 1940  , que le château restera vide jusqu'en 1950 ; il  deviendra alors une maison de redressement pour garçons gérée par le ministère de la Justice , qui modifiera de façon peu heureuse l'architecture du château . En 1980, il est transformé en maison de vacances par le groupe FORGET, et racheté en 1991 par le groupe touristique anglais PGL.
 
                                               Une ascendance prestigieuse  de la famille ?

Toutes sortes de rumeurs et soupçons ont été émis concernant la famille propriétaire du château du Tertre.
Pierre Péan, dans " L'Homme de l'ombre" , consacré à Jacques Foccart , s'y est intéressé.
On a cru pouvoir établir par exemple que son grand-père Guillaume-Louis (qui se fait appeler Louis) , le fils adopté du rentier Griois, serait le fils naturel de Marie , fille du grand duc de Bade , état limitrophe de l'Alsace d'où est originaire la famille Koch-Foccard.

En effet, en 1964, le directeur des archives de Laval est chargé d'enquêter sur la filiation de Jacques Foccart par le préfet de la Mayenne sur ordre de Roger Frey, le ministre de l'intérieur de De Gaulle , qui avait été alerté par certaines rumeurs , et souhaitait les vérifier; or cet archiviste découvre une étrange mention sur un document de la principauté concernant Louis Koch-Foccart , mort en 1916 dans sa propriété de Monaco : s'il indique bien que Louis  est le fils de l'huissier Koch  , en revanche , ce n'est pas Victoire -Frédérique Foccart qui est désignée comme sa  mère , mais une mystérieuse S A R ... Ces initiales ne peuvent que  signifier "son altesse royale" et désigner soit une princesse de Monaco, soit une princesse alliée à la famille. On remonte bientôt à Marie de Bade , fille du grand duc et de Stéphanie de Beauharnais , qui, encore célibataire, menait une vie assez libre du côté de Baden Baden , dans les mois qui précèdèrent la naissance de Louis Koch-Foccard à Brumath , non loin de la frontière du duché. Dans cette hypothèse , le couple Koch -Foccart aurait servi de famille d'accueil pour un enfant naturel.

                                                            

    Marie-Amélie de Bade , dont une fille épousera le prince Albert 1er de Monaco.

Plus tard, Marie de Bade se marie à un Lord écossais , le couple a trois filles , dont Marie-Victoire qui va épouser le prince Albert 1er de Monaco .
Autrement dit Louis serait le demi-frère de la princesse de Monaco de l'époque , et Jacques Foccart son petit-neveu!
Pierre Péan reconnaît qu'il n'a pas trouvé la preuve absolue de cette filiation , que le doute subsiste , mais l'étroitesse des relations , par la suite, entre les Koch-Foccart et la famille de Monaco lui paraît renforcer cette hypothèse (1). Le fait aussi que Victoire-Frédérique, la mère de Louis , d'origine modeste, ait déclaré un pécule important lors de son second mariage, avec Griois ,est troublant : d'où tenait-elle cet argent? Et puis Jacques Foccart n'habitait-il pas à Luzarches  une maison , appelée "villa Charlotte", où les souverains de Monaco logeaient autrefois quand ils venaient à Paris , et qui était marquée à leurs armes. Etrange, non?
Remarquons aussi que le patronyme normal de la famille , "Koch", a disparu au fil du temps au profit de "Foccart", nom de l'épouse de l'huissier alsacien ; Louis a tenu d'abord à associer le nom de sa mère à celui du père (Koch-Foccart) , ensuite Jacques a obtenu de ne garder comme patronyme que "Foccart": comme si l'ascendance du côté du père , puis arrière grand - père était délégitimée.

                                           Suzanne Foccart , l'abbesse scandaleuse.

Suzanne, la tante de Jacques, fut l'abbesse du Carmel  de Laval de 1897 à 1912. Elle fut au centre d'un énorme scandale. Il lui fut reproché principalement des relations "douteuses" avec l'évêque , Mgr Geay , et le secrétaire de celui-ci , l'abbé Dissard . Rumeurs , campagnes de presse s'ensuivirent.  Le scandale éclaboussa bien sûr la famille. Suzanne dut finalement quitter Laval. Par la suite, on la retrouve retirée à Nantes , auprès  de l'évêque local , et là , elle a un nouveau "favori" : l'abbé Grangereau. Puis elle finit sa vie à l'Ile-aux-Moines. Dans ses affaires , on retrouvera la photo d'un jeune enfant...L'ex abbesse, cela semble avéré, aurait eu un enfant ... en 1913 , "qu'on lui aurait arraché". Le père serait l'abbé Grangereau...
     
 
                                  Elmire de Courtemanche , la mère (officielle) de J.Foccart.

1913 : l'année de naissance de Jacques Foccart. Rappelons-nous cette réunion de famille au château en août 1913 : Guillaume Foccart et son épouse s'étaient absentés de Guadeloupe, et  y étaient justement , et c'est ce qui avait permis, pensait-on, au jeune Jacques de naître à Ambrières ; mais Suzanne aussi était présente , Pierre Péan est formel. On voit bien ce qu'il suggère..
Rappelons-nous aussi que Guillaume et son épouse sont repartis en Guadeloupe sans le bébé , qui est resté au château 3 ans , avant qu'il  le prennent avec eux en 1916... Elmire , sa mère légale, ne semblait pas avoir un amour maternel très vif ?

Jacques Foccart , l'homme de l'ombre et du secret à l'époque du régime gaulliste , était à bonne école, semble-t-il, dans son environnement familial!

JMS

(1) On trouvera toutes sortes de détails assez troublants dans le livre de Pierre Péan sur Jacques Foccart , L'Homme de l'ombre .Editions Fayard.

Le château de mon arrière grand-père était finalement le château de la famille Sillard , construit en 1920 en lieu et place d'un ancien château du XIXe s détruit par son propriétaire , lui-même édifié sur les ruines du château médiéval (voir photo ci-dessus) . La mairie y sera installée en 1946.Mais ma démarche de recherche m'a réservé bien des surprises et découvertes...
 
 
 
 
 
 
 
 

1 commentaire:

  1. Une réaction de MICHELE :

    Voilà une enquête qui peut nourrir un roman !

    RépondreSupprimer