correspondant agoravox

lundi 27 novembre 2017

QUAND Le HUREPOIX ETAIT UNE REGION DE VIGNES.

                    Une présence de la vigne attestée dans les communes du Hurepoix.

Savez vous que la vigne autrefois était cultivée sur le territoire de 194 communes de ce qui est aujourd'hui l'Essonne? On y produisait un vin blanc ( à l'origine un vin de messe) qui était très apprécié, y compris dans les cours d'Europe. Par la suite, avec le développement de Paris, on produisit aussi du vin rouge, qui correspondait à une demande, mais sa qualité était moindre, les conditions climatiques n'étant pas suffisantes, et les vignes ont bientôt disparu. Dans certaines communes, on organise encore cependant des fêtes de la vigne. "Entre 1984 et 1988, quand j'étais maire, j'organisais encore une fête de la Vigne à Vauhallan", explique Renée Delattre, aujourd'hui présidente du syndicat d'initiative. A ce titre, elle ne manque pas chaque année d'entretenir  la mémoire de ce passé viticole de la commune. A l'occasion de la fête de la gastronomie, une exposition était ainsi organisée dans ses locaux samedi 24 septembre: la présence de vignes dans la commune et dans les communes voisines (Igny, Massy, Orsay, Palaiseau ...) y était attestée par des  cartes postales et d'autres documents. Dans toutes ces communes, des noms de chemins et de rues ("chemin des vignes" "rue des caves"...) rappellent par exemple la présence de la vigne. D'autres documents et objets en rapport avec le thème de la vigne étaient présentés. Symboliquement, un beau panier de "chasselas de Fontainebleau accueillait les visiteurs: est-ce donc qu'on en produit encore dans le sud de l'île de France? Il paraît même qu'on essaie de réintroduire de la vigne du côté d'Antony...

Cette carte postale ancienne atteste la présence de la vigne (premier plan) sur un coteau dominant le village de Vauhallan.

Au fond, la même colline aujourd'hui, complètement couverte de bois.

                          Une promenade révélatrice dans le village de  de Vauhallan.

Une petite balade dans Vauhallan "sur le chemin des vignes" a été édifiante: Renée Delattre, la présidente du syndicat d'initiative, fit découvrir dans le village aux curieux du sujet plusieurs "maisons de vigneron", reconnaissables à la présence d'une porte basse (celle de la cave) et d'un escalier extérieur permettant d'accéder, à l'étage supérieur, dans la maison. Preuve évidente de l'importance de l'activité viticole dans ce village autrefois. Grâce à une carte postale, on repéra l'emplacement, sur un coteau dominant le village, des anciennes vignes, auxquelles s'est substitué aujourd'hui un bois. Un petit tour dans l'église , sous la houlette de Pierre et Anne Wallez,  permit de découvrir un vitrail représentant Saint Vincent, patron des vignerons, offert en 1859 par la Confrérie des vignerons, autre preuve irréfutable de leur prospérité, encore, au XIX e siècle!

La séquence s'est close par une collation autour du raisin, fête de la gastronomie oblige.

Un ouvrage sur la Vigne en Essonne, fruit d'un travail de 7 années de chercheurs de l'Université du Temps libre, est paru en 2016. Lecture recommandée!
           
                                                                                                        JM SATTONNAY.

                                                             D'AUTRES IMAGES:



Symboliquement, un beau panier de "chasselas de Fontainebleau" accueillait les visiteurs devant le syndicat d'initiative.

L'exposition présentait toutes sortes de documents et objets en rapport avec la vigne.

Renée Delattre emmène les curieux du sujet sur "le chemin de la vigne".

Un petit tour à l'église.

Le vitrail de Saint Vincent, patron des vignerons, offert par la Confrérie des vignerons en 1859.

Près de l'église, deux maisons de vignerons parmi d'autres...

On les reconnaît par la présence d'une porte basse (de cave) et d'un escalier donnant accès à la maison.

Un autre exemple, cette fois au pied de la colline des vignes.

QUELQUES TEMOIGNAGES sur la présence de la VIGNE en HUREPOIX:

* LA VILLE DU BOIS/ CHAMPLAN:
"J'en connais à La Ville du Bois et dans mes souvenirs (lointains) il y en avait plein sur les coteaux Sud de la butte Chaumont à Champlan. Le résultat obtenu était un petit vin de qualité assez médiocre." Jean-Paul Baut.

* MARCOUSSIS:
"A Marcoussis: souvenirs d'enfance à fouler le raisin dans les baquets. du cépage Noah" .Pierre Willocq.

"Dans notre jardin il y avait même un pressoir qui a disparu pour faire une pièce d' habitation " Catherine L..

"Il y avait encore de la vigne sur nos terrains en 1963. Du carrefour de la rue de la Carriere et des Sorbiers jusqu'à l'entrée du bois tout en haut". Anna M...

                                                                     * ORSAY:

" Il y a encore comme trace la résidence des vignes. Ceci étant, j'ai entendu dire que le vin produit n'était pas exceptionnel." Nicolas Koster.
"Il y a un chemin des Vignes au Guichet" Liliane M.

                                                            * FORGES LES BAINS :

"Moi j'ai grandi à Forges les Bains : on e une rue qui s'appelle Moque-Bouteille... c'est le nom qui avait été donné au vin forgeois" Jonathan B.


                                                              * SAINT ARNOULT:
"A St Arnoult dans la direction  de Clairefontaine ,face à Simply, il y a toujours une vigne."Martine R.

"En 1822, il y avait 25 hectares de vignes à Saint-Arnoult et l'île de France était la première région productrice de vin en France.

Aujourd'hui, située sur un terrain communal de 3,5a, le vignoble composé de 1260 pieds de cépage Chardonnay orne le coteau faisant face à la zone d'activité de la Fosse-aux-chevaux. Le raisin blanc est cultivé chaque année avec soin, selon la taille dite double cordon royat (plus adaptée pour produire une bouteille par pied).

Avec ses saveurs subtiles, tantôt fruité, tantôt doté d'arômes floraux avec un degré d'alcool de 12,5°, le Clos du Prieuré est sans nul doute vin de qualité. vin de Saint Arnoult

Chaque année, depuis 10 ans, l'association Le Sarment Arnolphien, en charge de nos pieds de vigne, tend à reconstituer un vignoble municipal pour rénouer avec les traditions viticoles passées de Saint-Arnoult-en-Yvelines. (site de la ville de St Arnoult)" - Martine R.


                                                                  * A LIRE:
NOUS SOMMES PRENEURS DE TEMOIGNAGES OU IMAGES CONCERNANT LA PRESENCE DE LA VIGNE DANS LA REGION hier et aujourd'hui...      





2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Très beau billet. Si autrefois la vigne était bien présente dans l'Essonne, elle l'était également en Eure-et-Loir. Il y a peu on fêtait les vendanges dans le quartier Saint-Brice à Chartres.
    Il y a toujours là-bas une vigne pédagogique, qui produit le Rosé de Chartres.
    http://gegedu28.vefblog.net/gege_du_28/cat13/1.html#Le_Rose_de_Chartres
    Cordialement,
    Gégédu28

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir. je retrouve dans ma généalogie 7 générations de vignerons sur Marcoussis , et le sud de l'Essonne .

    RépondreSupprimer